Le dialogue de Kabila bat de l’aile

Il est important de prendre en compte les irréductibles divergences qui apparaissent déjà pour éviter d’engager des dépenses inutiles.

Le dialogue politique inclusif est fiévreusement préparé par le pouvoir en fonction des dividendes politiques qu’il veut en tirer, malgré et contre tout, tandis que les forces politiques de l’opposition et alliés se disent prêtes à y prendre part,mais moyennant certaines conditions !

En passant en revue les préparatifs de deux pôles opposés, des spécialistes des questions de la RDC constatent aveceffarement que l’avenir de ce forum, déjà très problématique au départ, s’assombrit toujours davantage. Et pour cause ?

Inévitable blocage en vue !

En effet, il apparait, de par les conclusions provisoires tirées des consultations menées tour à tour par Joseph Kabila auprès des représentants bien inspirés de sa famille politique et de ceux des forces de l’opposition et alliés, que les protagonistes des deux camps n’ont pas évolué d’un iota dans leur position initiale : la famille politique à laquelle appartient Joseph Kabila tient mordicus à l’intangibilité du calendrier électoral surchargé publié par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), avec ses effets d’entraînement, notamment un certain glissement en violation flagrante de la Constitution, tandis que les forces politiques de l’opposition et alliés conditionnent leurparticipation audit dialogue à la médiation de la communauté internationale, que la famille politique précitée récuse farouchement !

En synthétisant les deux positions, on peut affirmer sans crainte d’être contredit que la médiation internationale exigée par les forces de l’opposition et Alliés et le contenu concret de l’ordre du jour de ce forum (où serait consignée en bonne place la question des élections provinciales, communales et locales), seront les principaux facteurs de blocage de celui-ci !

En conclusion, il est important de prendre en compte les irréductibles divergences qui apparaissent déjà pour éviter d’engager des dépenses inutiles, qui ressemblent à des nuages qui n’apportent pas de pluies.

Par Kambale Mutogherwa

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire