L’opposition qualifie le charnier de Maluku de « crime contre l’humanité »

Dans une déclaration politique faite ce jeudi 9 avril 2015 à Kinshasa, les principaux acteurs politiques de l’opposition ainsi que des responsables de la société civile ont qualifié de crime contre l’humanité le charnier de Maluku et demandent que les acteurs et les commanditaires soient démasqués et poursuivis.

Les opposants ont dénoncé l’enterrement en catimini et aux heures indues de plus de 425 personnes au mépris de la loi, une inhumation qui soulève des problèmes environnementaux et de santé publique. Pour les acteurs politiques de l’opposition, de la société civile et de la diaspora, ces morts pourraient être les victimes des
manifestations anti-révision de la Loi électorale du 19 au 25 janvier 2015.

Les opposants ont décrété un deuil national de 3 jours. Pendant ce temps, aux sièges de leurs partis politiques des structures d’information sont
organisées en vue de recueillir des informations sur les personnes enlevées et portées disparues depuis les événement de janvier 2015. Il convient de signaler que l’opposition s’est réunie en séance spéciale ce mercredi 8 et jeudi 9 avril 2015 en vue d’examiner la situation douloureuse du charnier de Maluku.

Ci-dessous la déclaration de l’opposition lue par l’Honorable Ingele Ifoto, Modérateur du jour.
001002003

 

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire