Majorité Présidentielle: Gabriel Kyungu ne décolère pas!

De retour de Kinshasa, où il a pris part la semaine dernière à la réunion du bureau politique de la coalition au pouvoir, convoquée par le président Joseph Kabila, Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza, président de l’Assemblée provinciale du Katanga, a confié samedi à « Jeune Afrique » que les dissensions internes au sein de la majorité n’ont pas été levées. 
Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza est l’une des figures emblématiques de la politique au Katanga, la plus riche province de la RDC. Président de l’Assemblée provinciale et leader de l’Union nationale des fédéralistes du Congo (Unafec), il fait désormais partie des sept frondeurs de la Majorité présidentielle (MP). Des cadres de la coalition politique au pouvoir – ministres, députés et sénateurs – qui ont adressé fin février et début mars deux lettres au chef de l’État, Joseph Kabila. Dans ces courriers, qui ont opportunément « fuité » sur les réseaux sociaux, les signataires exprimaient « [leurs] inquiétudes et [leurs] préoccupations par rapport à la situation politique du pays ».Comprenez : la volonté supposée du président de rempiler en 2016 malgré la Constitution qui, en l’état, l’en empêche.

« Après 15 années d’exercice du pouvoir [Joseph Kabila est arrivé au pouvoir en 2001 après l’assassinat de son père, NDRL] (…), nous constatons aujourd’hui hélas un essoufflement qui se traduit par des faiblesses susceptibles d’annihiler les progrès réalisés », écrivaient-ils à l’attention du chef de la majorité présidentielle.

En réponse, ce dernier a convoqué la semaine dernière une réunion du bureau politique de sa famille politique dans sa ferme de Kingakati, dans la banlieue de Kinshasa.

Celui qu’on appelle au Katanga « baba » (« père », en swahili), a pris part à cette rencontre tendue entre les frondeurs et les faucons de la majorité. Il s’est confié, le 28 mars, à Jeune Afrique dès son retour à Lubumbashi, capitale minière de la RDC.
Lire l’interview sur Jeuneafrique.com

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire