L’UDPS soutient le maintien de la Monusco

Le parti d’Étienne Tshisekedi qui fait sienne la position du chef de la Monusco, Martin Kobler, suggère également le retrait progressif des troupes de la mission onusienne.

Dans une déclaration politique signée par son secrétaire général, Bruno Mavungu, et rendue publique le 23 mars, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), a réitéré son plaidoyer sur le maintien de la mission onusienne en RDC. « L’UDPS fait siens les arguments développés par M. Martin Kobler pour solliciter le maintien de la Monusco en RDC ainsi que le retrait progressif de ses troupes », a souligné cette formation politique.

Dans cet appel, ce parti a aussi rappelé que dans sa feuille de route pour la sortie de crise dans le pays, son président, le Dr Étienne Tshisekedi wa Mulumba, a non seulement plaidé pour le maintien de la Monusco mais a aussi suggéré que celle-ci soit dotée d’une autre mission en rapport avec les élections futures.

Dans cette optique, l’UDPS, qui demande au Conseil de sécurité de l’ONU, le maintien de la Monusco en RDC, l’exhorte également à lui confier la mission de soutien des élections futures conformément à la feuille de route de son président précitée.

Les autres sujets abordés dans cette déclaration sont notamment le harcèlement de la presse, dans lequel cette formation politique condamne la confiscation des médias publics ainsi que le harcèlement des médias privés. Le parti d’Étienne Tshisekedi a également dénoncé les violations répétées des droits de l’Homme. Dans ce chapitre, ce parti déplore notamment l’arrestation et l’incarcération des Congolais sans respect de procédure de détention. Il a cité le cas du bâtonnier Jean-Claude Muyambo et de Christopher Ngoy Mutamba de la société civile ainsi que les leaders politiques Diomi Ndongala, Jean Bertrand Ewanga, etc., en plus de certains de ses membres qui sont également incarcérés. « Devant l’ampleur du mal et du danger contre la démocratie, l’UDPS lance un appel à la solidarité et à la manifestation pacifique pour aider la justice congolaise et notamment la Cour suprême de justice à exercer pleinement son indépendance face aux pressions de l’exécutif », a conclu cette formation politique.

Lucien Dianzenza

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire