Matata livre ses priorités pour 2015

Consolider la paix et continuer avec les reformes structurelles pour libérer la croissance.

Au nom du devoir de rédévabilité, Augustin Matata Ponyo a tenu hier mardi 3 mars une conférence de presse autour du programme d’action du gouvernement qu’il dirige.

Le premier ministre s’est appesanti sur le bilan de l’année 2014 avant de livrer les priorités retenues pour 2015. Pour lui, il faut consolider la paix et la sécurité sans lesquelles il sera impossible de maintenir les résultats macroéconomiques encourageants.

Il tient aussi à la poursuite des reformes structurelles y compris l’amélioration du climat des affaires pour libérer la croissance.et favoriser la création des entreprises.

Paix et stabilité

Sous le leadership du président de la République, il s’engage à faire tout ce qui est lié à son pouvoir pour favoriser un climat d’entente et la sécurité sur le territoire national jusqu’à la tenue des élections. Matata Ponyo dit Mapon se détermine ainsi à appuyer le processus électoral suivant le calendrier rendu public par l’organe qualifié.

A ce titre, il a écrit à la Commission électorale indépendante (CENI) en lui indiquant les postes que le gouvernement a l’obligation de financer. Et non sans rappeler que l’Exécutif national a financé à lui seul à plus de 80% l’organisation de la présidentielle et des législatives en 2011.

Dans le but de préserver la stabilité et la paix dont l’importance a été à plusieurs reprises répétée mardi à la Primature au cours de la conférence de presse, Mapon tient à poursuivre la professionnalisation de l’armée régulière qui fait ses preuves, selon lui, dans la traque des FDLR, surtout que la logistique nécessaire est mise à la disposition des militaires.

Depuis la mise en déroute du M 23, les FARDC ont retrouvé leur bravoure que le premier ministre salue en encourageant le sens de l’éthique et de la discipline au sein des troupes.

Les sanctions sont aussi envisagées à l’endroit des coupables, une façon pour lui, de se conformer à la volonté du commandant suprême qui tient à voir les FARDC répondre aux normes rigoureuses.

Mapon ne manque pas de prioriser la consolidation du partenariat de la RDC avec les autres pays. Les retombées de cette politique ont contribué l’année passée à la visibilité de la RDC redevenue présente sur l’échiquier international où sa voix est désormais écoutée.

Reformes pour continuer la croissance

Avec un taux d’inflation de 1% depuis 2014, une dépréciation monétaire de 0% et un PIB de 600 $, Mapon s’engage à améliorer ces résultats et surtout de les faire bénéficier davantage à la population à travers des réformes sectorielles porteuses de l’amélioration du social.

Autant l’orthodoxie financière a entrainé la stabilité du taux de change et le taux de croissance situé autour de 8,1%, la réduction de l’inflation sera poursuivie.

Il en est de même des investissements dignes au frais du Trésor public dans les domaines de l’Agriculture, du transport, de l’éducation, de la santé… Les récoltes du parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo qui seront receptionnées le vendredi 6 mars donneront une idée précise de ce projet pilote qu’il compte reproduire dans d’autres provinces.

Non seulement cette initiative va contribuer à la réduction du chômage, mais aussi elle contribuera à la sécurité alimentaire avec des produits de divers ordres trouvés localement. L’achat des locomotives neuves destinées à la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC) pour sa relance va booster l’économie de plusieurs provinces concernées par le trafic ferroviaire de cette entreprise.

La société TRANSCO, les bus dits Esprit de vie et la création de la compagnie Congo Airways, les travaux pour le compte de l’aéroport modulaire et la réhabilitation de l’ITB/Kokolo sont autant de cas que Matata Ponyo a cité dans le domaine du Transport à bien préserver pour le bien-être de la population. La construction de mille écoles par an à travers le pays et la réhabilitation des infrastructures hospitalières vont se poursuivre.

Concernant l’hôpital général provincial de référence de Kinshasa (Ex-Mama Yemo), une étude de renouvellement se trouve déjà au niveau du gouvernement. Mapon n’a pas oublié l’augmentation des salaires devant contribuer à l’accroissement du pouvoir d’achat de la population. Sans oublier la bancarisation qui va se poursuivre pour l’intérêt des agents concernés au nombre jusque-là de 800.000.

Bilan 2014

Matata Ponyo a plus fait référence au rapport du Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD) rendu public le week-end dernier sur l’indice humain de développement pour l’année 2014 en parlant de son bilan de l’exercice dernier. La RDC a fait, a-t-il dit, un progrès énorme.

Ce, en dépit du contexte international difficile où les Etats-Unis avec un taux de croissance en baisse essaient de remonter pendant que les pays émergeants négocient difficilement le taux de croissance à deux chiffres. Malgré ce tableau, la RDC s’en tire bien.

Le premier ministre se réjouit de voir le PNUD traduire en réalité les résultats récoltés en 2014 ayant une incidence sur l’amélioration du social qui ne se donne pas, d’après lui, mais qui se constate au contraire. C’est en rapport avec ces résultats que la RDC a gagné 13 points en quittant la 186ème place occupée consécutivement en 2012 et 2013 pour la 174ème.

Par MKM

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire