En parlant d’un budget “crédible et raisonnable”, le ministre belge des Affaires étrangères semble se souvenir des propos tenus par le président de la Ceni, Apollinaire Malumalu, lors de son voyage à Bruxelles. C’était en janvier 2014.

Lors de cette visite, le président de la Céni a été “auditionné”, le 21 janvier, à la Commission des Relations extérieures de la chambre et du sénat belge. L’ambassadeur congolais à Bruxelles, Henri Mova Sakanyi, était présent. Malumalu avait en face de lui plusieurs parlementaires dont Hermann De Croo (Open VLD), Steven Vanackere (CD & V), Marie Arena (PS), Bertin Mampaka (CDh), Mie-Jeanne Lumbala Nyanga (CDh). La présidence des débats était assurée par le N-VA Karl Vanlouwe.

Malumalu avait déclaré à cette occasion que le “budget électoral” pour l’ensemble des scrutins “a été arrêté à 750.212.788 $ US”. Et d’ajouter que le gouvernement congolais espère contribuer à hauteur de 80% de l’ensemble du budget. La Ceni entend, conformément à la loi, recourir aux « partenaires extérieurs » pour obtenir le solde.

Lors de la présentation du “calendrier électoral global”, le vice-président de la Ceni, André Mpungwe Songo, a invité les “partenaires” du Congo-Kinshasa “à honorer leurs promesses”. Des propos qui tranchent avec l’optimisme affiché par Malumalu dans une intervention sur radio Okapi : “la Ceni a déjà convenu avec le gouvernement un plan de décaissement pour le financement des élections”.