Conséquences directes de la promulgation par Joseph Kabila de la loi électorale remaniée.
Resserrement de rangs et adhésion massive des » indécis » dans les formations politiques de l’opposition et des organisations de la société civile

Alors que l’opinion nationale et internationale s’y attendait le moins pour des raisons faciles à imaginer, Joseph Kabila a signé, lundi dernier, l’ordonnance de publication de la loi électorale remaniée à peine sortie des moules de la commission mixte paritaire de l’Assemblée nationale et du sénat !

Cette loi électorale née au plus fort d’une contestation populaire qui a failli précipiter le pays dans l’irréparable fait déjà craindre des conséquences incalculables au sein du parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (Pprd) où la déroute des militants, partisans et autres fanatiques est déjà annoncée avec tambours et trompettes !

Mais il n’y a pas que ces militants, partisans et fanatiques qui se préparent fiévreusement à quitter la barque Pprd dont l’avenir était visiblement lié à la réussite du coup d’Etat constitutionnel monté et manqué d’abord par la Majorité présidentielle ainsi qu’aux acrobaties orchestrées par la même famille politique à travers une loi électorale remaniée qui refuse de trahir l’idéal démocratique du peuple congolais !

Une note de plus optimistes…

En effet, des informations de sources concordantes qui attendent d’être confirmées par des sources indépendantes attestent que de plus en plus nombreux sont des cadres dirigeants du Pprd qui s’apprêtent à suivre la voie choisie par certains de leurs, en l’occurrence Moïse Katumbi Chapwe, président de l’interfédérale du Katanga, et Francis Kalombo, président de la Ligue des jeunes de ce parti qui vient d’être déchu de ses fonctions et remplacé par son adjoint, en la personne de Deo Indulu !

S’agissant des formations politiques de l’opposition et des organisations de la société civile, les conséquences directes de la promulgation, par Joseph Kabila, de la loi électorale remaniée, sont annoncées sur une note de plus optimistes.

On se rappelle encore de l’extraordinaire manifestation de joie dans la capitale et dans les régions du pays à l’annonce, par le président du sénat, Léon Kengo wa Dondo, de la décision historique de la chambre haute de répondre positivement aux attentes du peuple congolais qui voulait l’évacuation de l’alinéa 3 de l’article 8 querellé !

On pense généralement que les masses populaires du pays n’auront à exprimer aucune réserve sur le choix à faire avant d’entrer dans la phase décisive du processus électoral qui commence avec la promulgation de ladite loi remaniée.

Des informations très crédibles parlent de plus en plus d’un resserrement systématique des rangs et de l’adhésion massive des » indécis » dans les formations politiques de l’opposition et des organisations de la société civile.

Il y a lieu de prédire déjà que les prochaines élections seront moins conflictuelles que celles ayant prévalu en 2011 étant donné que les intérêts de l’immense majorité des Congolais seront pris en compte !

Par Godé Kalonji Mukendi
La Tempête des Tropiques