Le ciel est tombé sur la tête de Mende

Le ministre des médias, Lambert Mende a séché l’émission «le débat africain» d’Alain Foka sur RFI où il était invité à débattre avec Vital Kamerhe, Francklin Tshiamala et Mwenze Kongolo, ancien bras droit de Laurent Désiré Kabila qui travaille dorénavant avec Vital Kamerhe.

L’opinion attendait que Mende participe à ce débat, lui qui avait dit que si les élections ne s’organiser pas en 2016 le ciel ne va pas tomber sur la RD-Congo.

Le porte-parole de gouvernement a pris la poudre d’escampette pour éviter qu’il ne soit pas humilié pour la seconde fois après le débat sur les antennes de Télé 50 où Delly Sessanga lui a donné une leçon politique. Mende a fui le rendez-vous de RFI parce qu’il est à court d’argument au risque de se contredire lui-même dans ses propos après que le peuple ait désavoué l’idée d’un mandat supplémentaire de Kabila. C’est donc une leçon des Rd-Congolais à Mende et à la mouvance qui refuse d’être gouverné par défi. C’est donc une débâcle pour Mende qui a toujours considéré les Rd-Congolais comme des dupes en voulant maintenir Kabila au pouvoir avec des lois taillées sur mesure au profit d’une personne.

C’est quelle image que Mende donne à l’opinion quant il dit que le ciel ne vas pas tomber sur la RD-Congo si les élections ne sont pas organiser en 2016? Une image d’une personne assoiffée du pouvoir sans tenir compte des intérêts de la population. Dieu merci les Rd-Congolais ont fini par comprendre qu’il fallait mettre un terme à ces autres Compaorés qui veulent diriger par défi. C’est donc le contraire de ce qu’a toujours dit Mende que le ciel ne va jamais tomber à chaque fois que la mouvance boutique contre la République. C’est le ciel qui est tombé sur la tête de Mende en fuyant le débat sur RFI. Vital Kamerhe avait répondu présent à l’appel de RFI. Une façon pour lui de remercier la population de son courage contre les conjurés de la République, Mende et consorts. Kamerhe a salué la décision des Sénateurs qui ont tenu compte du souverain primaire. Mende qui croyait avoir pris, est pris.

 

Yves BUYA
C-News

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire