Le gouvernement congolais a reconnu aujourd’hui que la prochaine élection présidentielle censée avoir lieu en 2016 pourrait être retardée à 2017 alors que l’opposition l’accuse d’oeuvrer pour le maintien au pouvoir du président Kabila au-delà du terme de son mandat.

La présidentielle “peut se tenir en 2016 comme elle peut se tenir en 2017”, a déclaré Lambert Mende, porte-parole du gouvernement de la République démocratique du Congo dans un entretien diffusé par la radio française RFI.