La réunion de Kabila avec les « notabilités du Katanga » qui a finalement eu lieu hier lundi 5 janvier 2015 à Kalubwe Lodge s’apparente à une montagne qui a accouché d’une souris. Outre le fait qu’aucune conclusion majeure n’a été obtenue sur les divergences qui opposent les fils du Katanga, son gouverneur, Moïse Katumbi, et le président de l’Assemblée nationale, Gabriel Kyungu Wa Kumwanza, ont décliné l’invitation présidentielle.
L’ancien ministre des affaires sociales, Jean-Claude Muyambo, n’a pas non plus souhaité participer à cette grand’messe Kabiliste.

Katumbi et Kyungu ont en mémoire la jurisprudence Kamerhe qui avait été convoqué à Kingakati pour s’entendre dire n’importe quoi par une foule des courtisans kabilistes lors de sa désapprobation de l’entrée de troupes rwandaises en RD-Congo. Cette réunion n’avait aucun intérêt pour eux qui sont désormais dans une autre logique. Mais du côté de la propagande kabiliste on affirme que les deux personnalités n’ont pas été conviées à la réunion. Cette version c’est pour sauver les apparences car le charme de Kabila n’opère plus. Du coup Joseph Kabila se retrouvait avec du menu fretin composé notamment de quelques sénateurs, députés nationaux et provinciaux et des personnalités de la société civile. Cette réunion n’a vraiment pas fait le poids avec les près d’un million de personnes qui ont accueilli et écouté M. Katumbi le 23 décembre 2014.

A sa réunion, Joseph Kabila y a parlé principalement du découpage territorial et de la sécurité. Sur la question querellée du découpage Kabila a dit qu’il se fera comme pour défier Gabriel Kyungu qui avait dit que sa province n’est pas prête. Du découpage à la sécurité il n’y a qu’un pas. Kabila a prononcé la phrase suivante pour aborder cette question : « la paix vous ennuie » ? Il poursuit en disant à ses hôtes qu’il va faire respecter la loi personnellement. Sur la même lancée, il a dit que « l’Etat s’est réveillé ». C’est à se demander où était l’Etat tout ce temps-ci. Mais là où il été le plus attendu c’est sur la question de son avenir politique dans la perspective de la présidentielle de 2016. A la métaphore footballistique de Katumbi de « faux penalties », Kabila a trouvé le moyen de se dérober en employant un langage eschatologique. « … et si Jésus revenait avant 2016 qu’allez-vous faire?». C’est la question qu’il a posée à ses interlocuteurs. Et d’enchainer avec sa rengaine : « ne vous laissez pas distraire, en 2016 nous allons présenter un bilan après avoir été élu en 2011. Tout le reste n’est que distraction ».

Que de leaders politiques abordent la question de la présidentielle de 2016 aujourd’hui ça s’appelle planification et non distraction lui a répondu Jean-Claude Muyambo contacté par la Rédaction de C-NEWS. En France les acteurs politiques se préparent déjà à la présidentielle de 2017, aux USA pareille pourquoi en RD-Congo y faire allusion serait-il de la distraction s’est interrogé le bâtonnier Muyambo. Mais Kabila a pris plaisir a chargé le duo Katumbi-Kyungu qui à ses yeux gèrent mal la province du Katanga où il n’y a pas de classe moyenne.

Kyungu ne lui ayant pas facilité les choses selon ses dires. Quelle province Kabila peut-il mettre en avant pour sa bonne gestion ? Et dans le cas du Katanga, les rétrocessions de 40% n’ont jamais été respectées s’insurge un député provincial. Avec quels moyens les provinces allaient-elles se développer ? Mais face à une assistance passive, la parole du président a été bue comme du petit lait.

Une véritable parole d’évangile. Kabila en organisant la réunion du Katanga après la purge intervenue à la DGM, à l’ANR, à la Police et à la Mairie de Lubumbashi voulait démontrer qu’il garde l’initiative face à son nouveau rival le charismatique Moïse Katumbi. Sa réunion a fait flop. A lui dire de discerner qu’il vaut mieux quitter les choses avant que les choses ne vous quittent.
MTN