VIDEO. Julien Lepers laisse éclater sa colère contre France Télévisions

LE SCAN TÉLÉ / VIDÉO – Évincé du jeu Questions pour un champion par la nouvelle direction de France 3, l’animateur dénonce les conditions de son renvoi après 28 ans de bons et loyaux services.

Le 7 janvier dernier, Dana Hastier avait officialisé en conférence de presse le remplacement de Julien Leperspar Samuel Etienne à la présentation de Questions pour un champions. La patronne de France 3 avait ajouté que l’animateur de 66 ans quittait totalement France Télévisions. Longtemps discret, l’intéressé avait simplement exprimé sa tristesse de devoir quitter son émission sans avoir pu dire au revoir aux téléspectateurs et aux équipes.

Le 8 janvier, Julien Lepers avait publié une tribune dans leHuffington Post. «Je quitte Questions pour un champion à mon corps défendant et la mort dans l’âme, avait-il notamment déclaré. À mon corps défendant, car je laisse derrière moi un programme aux audiences élevées, dont j’ai contribué à renouveler la forme et le rythme à plusieurs reprises, et un public à la fois diversifié (bien plus qu’on ne le croit) et fidélisé.»

«C’est un scenario pervers, bien organisé avec le coup de poignard dans le dos»

Invité de La Médiasphère sur LCI, Julien Lepers a ouvertement donné son ressenti et laissé éclater sa colère contre la direction de France Télévisions. «Je ne fais plus partie de cette maison, France Télévisions. On m’a mis dehors dans des conditions scandaleuses et inadmissibles, s’est-il emporté face à Julien Arnaud. Est-ce normal de se retrouver dehors sans un mot, un pot, un cadeau, un verre, un sourire, une réunion…? C’est scandaleux. Le service public est là pour montrer l’exemple et ce n’est pas comme ça qu’on se comporte avec les téléspectateurs.»

Il a ajouté que cette décision décevait 2 millions de téléspectateurs. «On leur coupe leur plaisir à cause de la décision d’une personne, a-t-il déploré au sujet du choix de Dana Hastier. Je ne le savais pas. C’est un scenario pervers, bien organisé avec le coup de poignard dans le dos. Cela fait deux mois qu’ils le savaient…» Au sujet de son entretien avec la patronne de France 3, il a décrit un rendez-vous épique. «C’était un dialogue de sourds. C’était comme ça et pas autrement. C’était tout de suite et pas en juin» a-t-il conclu.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire