Modeste prof d’anglais à ses débuts, Ma est devenu le premier marchand en ligne au monde. Il aurait amassé plus de 22 milliards de dollars, tandis qu’Alibaba pèse plus de 250 milliards de dollars.

Jack Ma, qui vient d’être nommé conseiller pour les affaires économiques auprès de David Cameron, débarque en France avec son site phare, Alibaba – une plate-forme de e-commerce. Le tycoon de l’internet chinois a également prévu d’ouvrir des bureaux en Italie et en Allemagne dans les prochains mois.

1Ma Yun

Steve (Jobs), Bill (Gates) et Mark (Zuckerberg) étant déjà pris, Ma troque son prénom chinois (Yun) pour un autre prénom “capitaliste”, Jack. Si l’on connaît tout de ses exploits professionnels, sa vie privée reste dans l’ombre.

A peine sait-on qu’il s’est marié avec Zhang Ying pendant leurs études, et qu’il a trois enfants avec elle. Brillante professeur, Zhang Ying fut directrice générale d’Alibaba puis a dû retourner au foyer. Ma lui aurait dit :

La famille a désormais plus besoin de toi que la compagnie.”

2Punk

Né en 1964 à Hangzhou, le petit Ma Yun était malingre et bagarreur. Ses parents étaient des professionnels de pingtan, un art musical et narratif. Malgré son visage anguleux et sa dégaine mal assortie, ce fils de chanteurs-acteurs a le show dans le sang.

Jack Ma, au centre, à la télévision en 2009. (STR / AFP)

Il se présente en maître du kung-fu à la télévision ou se déguise en punk pour la fête d’anniversaire d’Alibaba donnée en 2009 dans un stade (photo). Il y chante “Can You Feel the Love Tonight”, du “Roi Lion”, devant des milliers de spectateurs.

3Empire

En février 1999, Jack Ma récolte 60.000 dollars auprès de 18 proches et lance Alibaba, sorte d’eBay ou d’Amazon qui met en relation entreprises chinoises et clients étrangers. Un an après, Goldman Sachs et le milliardaire japonais Masayoshi Son y mettent aussi des billes. En 2003, il lance Taobao, plateforme destinée aux clients chinois, et crée un PayPal local.

Les ramifications de l’empire Ma vont partout : dans le YouTube chinois, dans un site de vente en gros, à Hollywood, au Royaume-Uni… Devenu le premier marchand en ligne au monde, Ma aurait amassé plus de 22 milliards de dollars, tandis qu’Alibaba pèse plus de 250 milliards de dollars.

4Fabius

L’ouverture annoncée d’une antenne d’Alibaba en France ne tombe pas comme un cheveu sur la soupe. Avant de se décider, Jack Ma a plusieurs fois rencontré Laurent Fabius ainsi que François Hollande.

Jack Ma offre un cadeau à François Hollande lors de sa visite à l’Elysée en mars dernier. (Martin Bureau / POOL / AFP)

5Autodidacte

Jack Ma se plaît à parler de ses échecs : cancre à l’école, mauvais en maths, il fut refusé à l’école de police, recalé dix fois à l’entrée de Harvard, et même pas sélectionné par les premiers KFC en Chine pour servir du poulet frit.

Il fit une tonne de petits boulots, notamment livreur en tricycle, monta son agence d’interprètes et fut surtout un prof d’anglais un peu dingue, ce qui lui valut le surnom de “Crazy Jack”.

6″Forrest Gump”

Il est fasciné par la culture américaine : il adore Whitney Houston et vénère “Forrest Gump”, de Robert Zemeckis, pour son personnage ni brillant ni beau, mais qui se retrouve avec un business florissant de crevettes. Pour Jack Ma, “la vie est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber…”

7Maximes

Jack Ma, dans le texte, se résume à des maximes de gourou new age et des leitmotivs de businessman américain façon “Loup de Wall Street”. Celui qui se surnomme “le crocodile du fleuve Yangtsé” prône, entre autres :

Il faut changer avant que le changement arrive.”

Ou encore “Vous êtes un contre-révolutionnaire si vous ne voulez pas commencer une révolution”, mais aussi “Si le vent du mont Taishan nous balaie, je me remettrai debout et je recommencerai la lutte”…

8Silicon Valley

C’est lors d’un voyage à Seattle en 1995 que Jack Ma, interprète, découvre internet, Yahoo! et son potentiel d’exportation en Chine. Si son business est bel et bien chinois, il rêve toujours de l’Ouest : il a déjà investi dans des entreprises de la Silicon Valley et vise aussi Hollywood.

Le siège d’Alibaba à Hangzhou, en Chine. (AP/SIPA)

9Manifs

En 2011, alors que le droit d’entrée pour son site de grandes marques est multiplié par dix, des commerçants manifestent devant le siège de Taobao. François-Henri Pinault, patron du groupe, Kering, a porté plainte contre Alibaba en mai dernier, reprochant au Chinois de favoriser la contrefaçon de Gucci et Balenciaga.

10Politique

Capitaliste mais prochinois, prénom américain mais racines traditionnelles : Jack Ma nage entre deux eaux. Il le dit lui-même : pour réussir, il a su

être amoureux du gouvernement sans jamais se marier avec lui”.

 Séverine De Smet