Le Pape Léon XIII, la franc-maçonnerie et le satanisme

Jusqu’à ce que les Francs-maçons s’emparent de la papauté, beaucoup de Papes Catholiques ont condamné le culte, le qualifiant de menace mortelle.

En 1902, le Pape Léon XIII a déclaré que le but de la franc-maçonnerie est : « d’exercer une seigneurie occulte sur la société ; (sa) seule raison d’être étant de mener une guerre contre Dieu et son Église. »

L’histoire moderne et le Nouvel Ordre Mondial sont le produit de la propagande et des subterfuges maçonniques.

Obama, les Bush, et les Clinton sont tous francs-maçons.

Le Communisme, le Socialisme, le Sionisme sont tous des branches de la Franc-maçonnerie.

S’adressant à l’Église le 20 avril 1884, le Pape Léon XIII publia une magnifique encyclique : « Humanum Genus ».

Reprenant l’analogie de Saint Augustin à propos des deux cités sur la terre qui constituent le Royaume de Dieu et le Royaume de Satan, le Pontife passe en revue les progrès de la Franc-maçonnerie et écrit :

« Il est à présent de notoriété publique que les francs-maçons ont l’intention de ruiner la Sainte Église, ainsi que de déposséder, si possible, toutes les nations Chrétiennes de tous les dons accordés par Notre Sauveur Jésus Christ. »

« Ainsi, en l’espace d’un siècle et demi, la secte des francs-maçons a accompli d’incroyables progrès. Par la ruse et l’audace, la maçonnerie a envahi tous les rangs de la hiérarchie sociale, et a commencé de s’emparer du pouvoir au sein des États modernes, ce qui est presque l’équivalent de la souveraineté. »

Léon XIII fait fréquemment référence à l’hypocrisie qui est à la base de la « Franc-maçonnerie Blanche » et mentionne ses objectifs révolutionnaires qui la transforment en « Franc-maçonnerie Rouge ».

Cette encyclique révèle de manière frappante le triple caractère de la Franc-maçonnerie :

    • Amorale
    • Antiétatique
    • Contre-église

Obama et la plupart des membres des élites politiques sont des francs-maçons, appartenant à une des nombreuses branches des Illuminati

1. Amorale

« Ses buts consistent en la complète destruction des fondations de la justice et de l’honnêteté. De cette manière, les francs-maçons se font les auxiliaires de ceux qui souhaitent que l’homme, tel un animal, n’ait pas d’autre règle de conduite que ses propres désirs – Un tel schéma ne peut que déshonorer l’humanité et la conduire ignominieusement à sa propre perdition. »

« Ceci posé, ils n’ont aucun égard pour les devoirs à rendre à Dieu, ou les pervertissent par des opinions erronées ou vagues. Car ils nient que quoi que ce soit ait été dit et transmis par Dieu ; ils ne reconnaissent aucun dogme, religion, ou vérité incompris par l’intelligence humaine, ni aucun enseignement devant être cru en raison de cette autorité. »

2. Antiétatique

Le Pape Léon XIII a prévu que la Franc-maçonnerie chercherait bientôt à former un Super État (c’est-à-dire un gouvernement mondial). Là où le dogme maçonnique de la séparation de l’Église et de l’État s’est imposé, les lois antireligieuses ont été promulguées, comme l’explique le frère Bethmont (un franc-maçon) :

« La violence contre l’Église ne mène nulle part, nous devons employer d’autres moyens. Nous devons organiser une forme de persécution qui doit être à la fois intelligente et légale ; nous devons cerner l’Église par un réseau de lois, de décrets et d’ordonnances qui l’entraveront sans verser une goutte de sang. »

Nous devons nous demander qui tisse ce filet serré de lois, de décret et d’ordonnances ? L’État bien sûr. Mais il s’agit d’un État maçonnique, un État irréligieux sous le pouvoir d’un Super État qui se trouve être à présent le dirigeant du monde.

C’est avec un sentiment de peur que nous devons nous rappeler de la sentence de mort prononcée contre l’humanité dans « Les Protocoles des Sages de Sion ».

« Lorsque nous avons introduit dans l’organisme de l’État le poison organique du Libéralisme, son entière structure politique a subi un changement. Les États ont été saisis d’une maladie mortelle : un empoisonnement du sang. Il ne reste plus qu’à attendre la fin de leur agonie. »

Ce Super État s’appelle la Judéo-maçonnerie.

3. La Contre-Église

Tony Blair palpe l’articulation de Benoît XVI

Enfin, Léon XIII conclut en révélant le caractère satanique de la Judéo-maçonnerie :

« Les faits que nous avons évoqués jettent une lumière suffisante sur la constitution interne des Francs-maçons et montrent clairement la route qu’ils suivent afin d’atteindre le but. Leurs dogmes principaux sont si complètement et manifestement opposés au bon sens et à la saine raison qu’il est difficile d’imaginer une perversion plus profonde que la leur. En réalité, n’est-ce pas le sommet de la folie et de l’impiété la plus audacieuse de nourrir la présomption de détruire la religion et l’Église créer par Dieu lui-même, et qu’il a assuré de sa protection perpétuelle ? Pour remplacer ses 18 siècles par les coutumes et les institutions des païens ? »

« Il n’en est pas moins horrible et peu aisé d’être témoin de la répudiation des dons que, dans sa miséricorde, Jésus Christ a conféré d’abord aux individus, puis aux groupes humains sous la forme de famille et de nations. Même les ennemis de la Chrétienté reconnaissent la valeur suprême de ces dons.

« Il n’y a pas à nier que dans ce plan fou et criminel, il est aisé de reconnaître l’implacable haine et la soif de revanche qui anime Satan à l’égard de Jésus Christ. Nous refusons de nous plier aux diktats de maîtres si iniques accomplisseurs de la volonté Satan et de toutes les passions maléfiques. »

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire