François Hollande tombe sour le charme d’une « proche » de Julie Gayet qu’il engage à l’Elysée

Au cours d’un voyage au Mexique l’année dernière, le président de la République serait « tombé sous le charme » d’une dénommée Audrey Azoulay. A tel point qu’il aurait ensuite fait en sorte qu’elle obtienne un poste à l’Elysée.

François Hollande serait « tombé sous (son) charme ». C’est en tout cas qu’écrit L’Express. Selon les informations du magazine, Audrey Azoulay aurait fait une si bonne impression au président qu’il aurait ensuite demandé à ce qu’elle intègre sa garde rapprochée. Tous les deux auraient fait connaissance en 2014 dans l’avion qui menait le chef de l’Etat au Mexique puis sur place, lors de la visite d’une usine d’aviation, précise l’hebdomadaire.  A l’époque la quadragénaire était directrice générale déléguée du Centre national du cinéma (CNC). Depuis, elle est devenue conseillère générale de la Culture et de la Communication à l’Elysée. « C’est une fille bien, il faut lui trouver un poste », aurait en effet lâché François Hollande après leur rencontre. Cinq mois plus tard, Audrey Azoulay obtenait un poste à l’Elysée, rapporte L’Express.

« François Hollande apprécie son côté joyeux »

Une nomination qui pourrait faire jaser même si cette « fille bien » dispose d’un CV bien garni. « Fille du conseiller du roi du Maroc, André Azoulay », elle a en effet d’abord décroché un master of business administration au Royaume-Uni, puis elle a intégré l’ENA, détaille le magazine. Forte des compétences qu’elle y a acquises, Audrey Azoulay a ensuite été embauchée au CNC où elle est restée huit ans, avant de « taper dans l’œil » de François Hollande.

Proche de Julie Gayet, la prétendue compagne du président Hollande, Audrey Azoulay l’aurait notamment « séduit » par « son tempérament et son excellente connaissance du monde du cinéma », rapporte encore l’hebdomadaire. »François Hollande apprécie son côté joyeux, qui le change un peu de ses conseillers plus technos », aurait même confié un de ses proches au magazine.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire