Le président russe souffre du syndrome d’Asperger, qui le contraint à un «contrôle maximum» de lui-même, selon un rapport interne du Pentagone publié cette semaine dans la presse américaine.

Ce sont les conclusions d’experts militaires du Pentagone: Vladimir Poutine est atteint par le syndrome d’Asperger. Cette forme d’autisme l’obligerait à exercer un «contrôle maximum» de lui-même, notamment lorsqu’il traverse une crise précise encore le rapport du ministère américain de la Défense publié en 2008 et dévoilé cette semaine par le quotidien américain USA Today. Ce travail est le fruit d’un think-tank interne au Pentagone, l’Office of Net Assessment.

À travers des vidéos, les auteurs ont étudié les expressions et les mimiques du dirigeant russe. Ils en ont conclu que le développement neurologique de Poutine avait été perturbé durant son enfance. La maladie se traduit aujourd’hui par l’impression d’un déséquilibre physique et des difficultés dans ses relations avec les autres.