A ne s’en tenir qu’à ses explications, la chaîne a cessé d’émettre le 11 avril de l’an en cours. “Dans un premier temps nous avions cru à une coupure du signal. Nous nous sommes rendus au ministère de la communication et des médias mais nous n’y avons trouvé aucun litige pouvant justifier la coupure du signal. Après investigations, nous avons finalement découvert que notre signal est brouillé par une société de télédistribution de la place“, explique l’administrateur directeur général de Mirador TV, Diva Moïse Luya.

Cette découverte a conduit l’administration de Mirador à entreprendre des pourparlers avec les responsables de ARPTC pour obtenir le rétablissement du signal. ” En vain” regrette Diva Moïse Luya.

La voie diplomatique emprunté se soldant sur un échec, la direction générale de Mirador TV a opté pour l’autre revers de la médaille : la “manifestation” pacifique. Elle appelle tout son personnel à un rassemblement mardi 16 avril à 10 heures devant l’immeuble “Sozacom” sur le boulevard du 30 juin pour faire entendre leur voix dans ce dossier. Les professionnels des médias, les téléspectateurs de la chaîne sont aussi les bienvenus.

Une rumeur court selon laquelle la chaîne a été vendue à quelqu’un. C’est une fausseté. Mirador Tv est encore une propriété de la Famille Luya en dépit du décès de son fondateur, Michel Lady Luya“, dément Diva Moïse Luya.

Les coupures ou brouillages des signaux des chaînes de télévision sont fréquentes telles qu’elle est devenue une habitude en RDC. Dans tous les camps, les victimes sont livrés à un jeu de ping-pong entre le ministère de la communication et des médias, celui des postes, téléphones et nouvelles technologies de l’information et de la communication ainsi que l’ARPTC, “jeu de ping-pong” entretenu par les textes régissant le secteur de télécommunications en RDC.