à Kinshasa, sous les auspices des évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco).

Comme l’exige la tradition, Joseph Kabila s’adresse à la nation ce 31 décembre pour présenter ses vœux au peuple congolais, une occasion pour lui de brosser également le bilan de l’année 2016 sur tous les plans, et faire aussi des projections sur l’avenir de la RDC.

Actualité oblige, le chef de l’État ne manquera pas, sans nul doute, d’évoquer la question relative aux discussions en cours au Centre interdiocésain qui devront déterminer l’avenir du pays.

Trois éléments majeurs attendus

Présent aux pourparlers de la Cenco pour le compte de la société civile, Me Georges Kapiamba dit attendre trois éléments importants dans le discours que Joseph Kabila prononcera à la fin de l’année.

Premièrement, souhaite-t-il, le président de la République devra “réaffirmer son attachement et son respect de la Constitution et l’accord politique qui sera issu des négociations directes sous la médiation de l’église catholique.

Deuxièmement, ajoute Me Kapiamba, Joseph Kabila devra officiellement et solennellement “annoncer les mesures de décrispation du climat politique qui sont de sa compétence”. Parmi lesquelles, la grâce présidentielle. Non seulement il devra annoncer la libération d’Eugène Diomi Ndongala, Jean-Claude Muyambo et autres prisonniers politiques et d’opinion, mais aussi, les poursuites judiciaires contre Roger Lumbala, Mbusa Nyamwisi, Moïse Katumbi, devront être abandonnées.

Et en dernier lieu, ce délégué de la société civile au Centre interdiocésain estime que Kabila instruira les forces de l’ordre “de ne plus s’attaquer aux opposants et autres activistes des droits de l’homme à cause de l’exercice de leur liberté publique”.


MCN TEAM