BIAC, les actionnaires veulent sa dissolution

Dans un communiqué officiel publié ce mardi 8 novembre 2016, la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC) a annoncé la décision de ses propriétaires portant dissolution et désignation d’un liquidateur sensé désintéresser les créanciers de cette banque commerciale y compris les 500 mille épargnants.

Si la décision est connue, les dispositions pratiques consécutives aux opérations de liquidation seront annonces ultérieurement.

« Après avoir tiré les leçons des expériences passées sur les liquidations forcées des banques dans notre pays et ne souscrivant nullement aux actions décrites ci-dessus, les actionnaires, réunis en Assemblée Générale Extraordinaire convoquées et présidée par un mandataire ad hoc désigné par le Président du Tribunal du Commerce de Kinshasa/Gombe ont décidé de dissoudre volontairement la BIAC et de désigner un liquidateur chargé de désintéresser tous les créanciers sous la supervision et le contrôle, en toute transparence, de la Banque Centrale du Congo », annonce le communiqué signé par M. Madimba Kadima Nzuzi, de l’agence conseil Edge Communication.

Si la BIAC a été placée sous gestion du Comité d’Administration Provisoire de la Banque Centrale du Congo depuis le 30 mai 2016, celui – ci avait pour mission, notamment de présenter un plan de redressement de la BIAC dont les actifs devaient être rachetés par des repreneurs tout en apportant des solutions garantissant les retraits journaliers réclames par les épargnants.
Lire aussi :
RDC : BIAC, les deux facteurs à la base de la crise !

Cependant, déplore la BIAC, « à ce jour, ni la Banque Centrale du Congo, ni même son Comité susdit, n’ont présenté́ aux actionnaires un quelconque repreneur. »

Entre temps, le surendettement auprès de la Banque Centrale du Congo continue à creuser un écart inquiétant entre les actifs et le passif du patrimoine de la BIAC. Ce qui compromet aussi bien les droits des déposants, du personnel, des fournisseurs que des actionnaires.

Et d’insister : « Si la situation perdurait en ce sens, une liquidation forcée ne garantirait pas les intérêts des déposants, du personnel, des fournisseurs et des actionnaires ».

COMMUNIQUE-DE-PRESSE-1

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire