Les indignations sélectives de François Hollande

La fermeté du président français contre le président congolais Joseph Kabila contraste avec sa mollesse face aux putschs électoraux au Congo ou au Gabon, note cet éditorialiste du quotidien burkinabé Le Pays

Depuis le 19 septembre, date à laquelle l’opposition congolaise a choisi de battre le macadam pour signifier à Kabila son ferme refus de le voir prolonger son bail à la tête de l’État au-delà des délais constitutionnels, l’atmosphère est devenue irrespirable, tellement elle est chargée de soufre. Bien malin celui qui dira avec exactitude quand elle va se dissiper.