Selon le porte-parole du gouvernement, ces violences ont fait 32 morts sans compter les nombreux dégâts matériels. Le but poursuivi par le Rassemblement était de déstabiliser l’État d’après Mende. Le ministre déplore, sans le citer, que l’UDPS, parti non violent, auparavant favorable au dialogue, se soit radicalisée. Pour l’ex ministre des hydrocarbures, c’est l’ex gouverneur du Katanga Moïse Katumbi qui a fait dévier de sa trajectoire l’UDPS. «…Les masques sont tombés.

Ayant déserté son agenda initial du dialogue pour exécuter par procuration celui du chaos avec meurtres, un schéma cher à un affairiste véreux devenu un mollah dont les acolytes doivent exécuter des fatwas, un des principaux partis de l’Opposition vient malheureusement par l’implication de certains de ses responsables dans ces violences humainement inacceptables de ressusciter en RDC des pratiques surannées de coup de force qui avaient plongé le pays dans une dictature sanguinaire….» a déclaré Lambert Mende. Pas besoin d’un dessein pour comprendre que le mollah est Moïse Katumbi accusait par le gouvernement de chercher à installer le chaos en RDC avec la bénédiction de Tshisekedi.