Que Kabila ne se leurre pas : nous irons jusqu’au bout

Martin Fayulu a été atteint hier lundi 19 septembre, devant un cortège de manifestants à Kinshasa, l’opposant a été touché à la tête par un projectile lancé par un policier  avant d’être interpellé quelques heures après par le service de renseignement de la police, puis relâché.

 Il vient de poster une photo prise ce matin depuis son lit d’hôpital. Pathétique. Visage tuméfié, il demande au Rassemblement de ne pas lâcher prise.

Le député Martin Fayulu, président de l’Engagement pour la citoyenneté et le développement (Ecidé) et coordonnateur des Forces acquises au changement (FAC), a expliqué sa détermination et celle du Rassemblement, principale  plateforme de l’opposition congolaise, à barrer la route à un éventuel prolongement du mandat du président Joseph Kabila.

« Que Kabila ne se leurre pas : nous irons jusqu’au bout. Déjà, à partir du 20 septembre, nous ne reconnaîtrons plus les membres de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) parce qu’ils ont montré qu’ils étaient incompétents, sinon des partisans et inféodés à Kabila. Et à partir du 20 décembre, Kabila ne sera plus reconnu comme président de la République. » lance Martin Fayulu sur jeuneafrique

 

2 Commentaires

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire

  • Où nous amène la violence ? C’est ça la démocratie ? Ne devons-nous pas privilégier le dialogue à l’africaine et non suivre les multinationales qui manipulent nos politiciens ? Ceux qui sont mort sont ils fils de soi-disant leaders ? Pourquoi ces messieurs ne pacent jamais leurs fils; neuveux et autres de leurs familles au premier plan des manifestations ? Ils parlent toujours au nom du peuple et quel peuple ? Eux-mêmes ou les membres de leurs familles ? Ayant de compenssion et de l’amour pour ces pauvres que vous manipulez et sacrifient ^pour vos intérêts égoïstes. Le Congo n’a pas besoin de l’effusion du sang de ses fils qui ont tant souffert.
    Vous, politiciens envoyer vos propres enfants faire les manifs et non ceux d’autrui qui ne bénéficieront rien…