Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, Maman Sambo Sidikou, condamne cette violence qui a déjà fait 17 morts dont trois policiers et appelle tous les acteurs à avoir le maximum de retenue.

« J’appelle les autorités congolaises à s’assurer que les forces de sécurité nationales respectent les libertés fondamentales, et l’usage de la force non létale pour le contrôle des foules, en réponse à ces manifestations. J’appelle également les leaders politiques concernés et leurs militants à rejeter tout acte qui pourrait exacerber la situation et accroître la tension », a déclaré M. Sidikou.

La MONUSCO insiste sur la nécessité d’une enquête indépendante afin d’établir les responsabilités après les évènements qui ont eu lieu hier, lundi 19 septembre 2016, tout en demandant avec insistance aux leaders politiques de résoudre leurs différends pacifiquement par le dialogue, comme le recommande la résolution 2277 (2016) du Conseil de sécurité des Nations Unies.