Le Rassemblement crie au coup « d’Etat constitutionnel »

Le Rassemblement  rejette totalement l’accord obtenu par le co-modérateur Vital Kamerhe et les autres opposants qui ont pris part au dialogue face à la majorité. La plateforme dirigée par Étienne Tshisekedi le considère comme un coup d’État constitutionnel.

Difficile pour les radicaux comme Fayulu, Diongo, Vuemba ou même Olengha Nkoy d’accepter une prolongation qui permettrait au président Kabila de continuer à diriger au delà du délai constitutionnel. Déjà, ils promettent d’agiter la rue. Des tracts sont distribués dans la ville appelant la population à ne pas accepter un troisième mandat de M.

Kabila que les congressistes de la Cité de l’Union Africaine, veulent lui donner en violation de la constitution. Sur son compte twitter, l’opposant Fayulu publie un tableau qui décompte les jours restants de Kabila au palais de la nation. Signe que le président de l’Ecide ignore totalement les avancées annoncées au Pullman. Pour le Rassemblement, la population doit se prendre en charge. A l’expiration du préavis de trois mois, le président Kabila doit quitter le pouvoir. Faute de quoi, il assumera les conséquences. Et Kamerhe a prévenu que si le peuple rejette l’accord et préfère la rue, il se pliera. Mais pour le leader de l’Unc, il est important d’obtenir un passage pacifique du pouvoir et que l’alternance politique se déroule sans coup de feu.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire