Coups fourrés contre Kimbembe Mazunga: Tito Umba, la main noire

L’ancien Directeur général de la Société congolaise des transports et des ports -SCTP- a ôté les masques quand il a décidé d’adresser à son successeur un e-mail plein d’incongruités vite recadrées par un autre e-mail signé le Directeur financier Philippe Elongam’ea, témoin privilégié des deux gestions.

A la SCPT, l’impression unanime des cadres et agents est que l’entreprise va mieux depuis l’avènement à sa tête, le 26 mars 2015, du Directeur général Kimbembe Mazunga. A l’exception d’un groupe de députés du Kongo central, qui ont vertement critiqué la gouvernance Kimbembe dans un courrier adressé au Chef de l’Etat. Curieusement, pendant la même période, quelques mouvements de manipulation des travailleurs dont les véritablement motivations ne sont pas encore connues, sont signalés au siège de Kinshasa et à Matadi.

Kimbembe est visé. Il se trouve dans le collimateur de certains francs-tireurs, mais ne semble pas encore en percevoir les soubassements. Un jour, il reçoit une communication écrite d’une personne lui faisant comprendre que sa gestion différente et stricte commence à déranger sérieusement certains intérêts. Quand il lève l’option de transférer ce mail à tous ses collaborateurs, à ses proches et à quelques éminentes autorités pour information, il ne se doute pas qu’il vient de lâcher l’arme qui va pousser le sniper à se dévoiler.
Selon des informations documentées, Tito Umba, apparemment blessé dans son amour propre, s’empresse de réagir en envoyant un email directement à Kimbembe, mais dont toute la terre et différentes autorités du pays sont ampliataires.
AfricaNews a eu accès à cet email dans lequel l’ancien Directeur général s’en prend à son successeur, finalement sans se voiler la face, avec des chiffres et des arguments qui, lus en diagonale, peuvent heurter les consciences. Il apparaitrait comme la main noire tapie derrière tous les coups fourrés déplorés ces derniers jours à la SCPT.
Tito Umba est désigné comme tel par le directeur financier de la SCTP, Philippe Elongam’ea, témoin privilégié de la gestion de Tito Umba et de Kimbembe Mazunga. Il semble mieux outillé pour distribuer les notes, positives ou négatives, aux deux managers.
L’argentier de la SCTP dont la responsabilité sur les chiffres utilisés contre l’actuel Directeur général de l’entreprise est engagée, vient de monter sur ses grands chevaux en réagissant vigoureusement contre les artifices de Tito Umba pour le ramener sur terre. «Je vous appelle donc à un peu plus de modestie, lorsque vous parlez d’un Directeur général qui, en 13 mois seulement, a réalisé plus que plusieurs», assène le directeur financier à l’adresse de l’ancien gestionnaire, l’appelant à plus de retenue sur les chiffres, réputés têtus.
Pour rétablir la vérité dans les faits et permettre à nos fidèles lecteurs de mieux appréhender les contours de la levée des boucliers de l’ancien Directeur général de la SCTP, nous publions in extenso son e-mail dans lequel il tire à boulets rouges sur son successeur Kimbembe Mazunda. Par élégance, ce dernier n’a pas réagi. Par contre, le Directeur du département financier de la SCTP est sorti de sa réserve pour mettre à la portée de l’opinion des chiffres qui disent tout le contraire des affirmations de l’ancien mandataire. A chacun de les examiner à la loupe et d’en tirer les conséquences qui s’imposent.
Natine K.
Email de Tito Umba au DG Kimbembe
Monsieur le Directeur Général,
Je viens de retrouver dans ma boîte, votre message mail transféré par l’un des ampliateurs, réponse réservée aux honorables Députés Né Kongo.

Lors de la lecture de ce message, contre toute attente, un des paragraphes a retenu mon attention en ces termes: « Si les documents des Banques indiquent qu’il y a 40 millions USD d’endettement, eux ils signent 60 millions. Encore que c’était pour éponger les arriérés de salaires laissés par Umba -4 mois pour la ligne, Kinshasa 3 mois, les retraités 2 ans».
Puisque mon nom est cité, je tiens à éclairer la lanterne de tous ceux qui ont reçu l’ampliation de votre message afin qu’ils connaissent la réalité, eux qui ne détiennent aucun document de la SCTP en quelques points:
I… Au mois de mars quand je terminais le mandat, il n’y avait pas 4 mois de retard comme prescrit dans votre message concernant la paie de la ligne, plutôt deux mois -janvier et février 2015- et un mois pour Kinshasa -février 2015. Cela était dû à la délocalisation des comptes de l’entreprise de la BIAC avec l’aval du Conseil d’Administration et la pression fiscale subie en cette période. Ceci a eu pour conséquence le retard dans le recouvrement auprès de grands clients qui ne payaient la SCTP que par cette banque.
Quant aux retraités, chaque mois, un montant de 700 millions de Francs congolais était affecté aux paiements de clôture des comptes de ceux sortis pendant et avant mon mandat; ce qui ne se fait plus en ce jour. Il est donc inconcevable d’avoir passé deux ans sans payer le décompte final des retraités. Référez-vous auprès du Département des Ressources humaines et la Direction de l’informatique qui détiennent toutes les preuves dans leurs archives ou leurs back up.
II. A ma connaissance, les engagements laissés au niveau des banques avoisinaient 7.500.000 USD dont:
-3.300.000 USD en revolving pour payer les salaires en attendant le recouvrement qui devait servir au remboursement à la banque le mois en cours. Les salaires n’étaient pas payés par un endettement, mais par revolving qui devait être remboursé chaque mois avant de prendre un autre engagement à la banque, selon le style de gestion que je me suis imposé.
– 4.200.000 USD représentant le solde de crédit PORTEK de 12 millions USD contractés par mon prédécesseur -8 millions à la BIAC et 4 millions à la RAW BANK- pour l’acquisition des engins de manutention pour le Département des ports maritimes et du Département de port de Kinshasa et la cristallisation des dettes de Matadi à la RAW BANK Kinshasa. Il s’agit de:
– 10 Autogrues de marque SANY;
– 2 Portiques sur pneus de 80 tonnes;
– 7 Tracteurs de marque HOVA;
– 15 Remorques de 40 pieds.
La présence de ces engins aux ports maritimes m’a permis de concevoir l’idée de l’institution de la Redevance Logistique Terrestre, en sigle RLT pour la relance du chemin de fer dans le souci de désengorger le port de Matadi. Ma demande adressée au Premier Ministre lors de son premier voyage à Matadi a obtenu une suite favorable par un arrêté interministériel instituant ladite redevance. Au moment où j’étais relevé de mes fonctions, le montant de la RLT auprès des institutions bancaires s’élevait autour de 42.000.000 USD, pour ça personne n’a jamais fait des bruits.
III. Eu égard à ce qui précède, je m’inscris en faux contre les allégations sur ma personne citée nommément dans votre message e-mail dont plusieurs personnes sont ampliateurs excepté moi, répondant à une lettre dont je ne connais pas le contenu qui aurait été écrite par des députés Né Kongo.

De ce fait, je confirme que le dysfonctionnement observé sur la gestion financière actuellement, stigmatisé par les paies qui s’opèrent en géométrie variable, n’ont rien avoir avec la dette laissée par Mr Umba pendant trois ans de sa gestion. Veuillez chercher les causes ailleurs.
Après cette mise au point, je voudrais seulement vous rappeler qu’après une remise et reprise surtout légalisée comportant un acte notarié dont vous êtes comparant et co-signataire, vous devez endosser l’actif et le passif sans revenir sur les actes posés par votre prédécesseur. Quand bien qu’il faut y revenir, cela se fait avec respect et toute dignité afin de respecter le principe sacré de la continuité de l’administration. Comment puis-je être cité comme un personnage vulgaire dans une affaire inconnue.
A ma connaissance le succès d’un mandataire a toujours été basé sur les efforts de ses prédécesseurs. Si je prends mon propre exemple, la vision de la RLT est née de la présence des engins hérités de mon prédécesseur quoique moi-même, je fus Directeur du Département des ports maritimes initiateur du projet, mais il a été concrétisé par le Directeur Général qui a défendu le projet au Conseil d’Administration de son époque. L’honneur lui revient car à tout seigneur tout honneur. La provision a été accordée par le Premier ministre en instituant l’arrêté interministériel donnant cet avantage à la SCTP grâce à la vision qui a été dégagée du Business plan présenté et défendu par moi, devant toute la délégation qui l’accompagnait lors de son premier voyage à Matadi. Ceci est un avantage aujourd’hui pour toute l’entreprise.
Le train express tant vanté -avec quelle rentabilité?- est l’œuvre de vos prédécesseurs, car la rame existait depuis avant votre mandat, la locomotive qui la tracte est l’investissement de votre prédécesseur. Nous reconnaissons néanmoins votre effort pour la peinture aux couleurs nationales, le garnissage des sièges. Le financement a été réalisé par le produit de la RLT laissé par votre prédécesseur. Ceci est une fierté pour notre entreprise.
Les projets des bateaux Kokolo et Gungu ont été mis en place avant votre mandat, mais cela fait votre succès aujourd’hui. Les engins qui viennent d’arriver à Matadi, ce sont les fruits de la RLT. Sans ce financement, l’acquisition serait impossible. Les trois locomotives restantes parmi les 6 commandées que vous voulez récupérer chez Transmet en Afrique du Sud, c’est toujours l’œuvre de votre prédécesseur.
Dire que le port de Matadi a souffert du manque de vision de ses dirigeants successifs, je ne partage pas votre point de vue pour la simple raison que ce port est considéré comme le catalyseur social de toute l’entreprise et ne profite pas de ses ressources propres pour son auto-recapitalisation. Aujourd’hui après la réhabilitation sur fond propre de deux premiers quais en 2012 et 2013 de ce port, deux autres quais ont leurs plateformes décapées il y a de cela deux ans afin d’améliorer la capacité d’accueil des navires, un bon levier pour la concurrence; pourquoi alors cette vision n’est plus suivie car c’est un bel exemple à poursuivre?
J’ose croire que sans fausse modestie, il nous est utile de recourir à la sagesse de l’Apôtre Paul dans son exhortation aux corinthiens, je cite «j’ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu qui fait croître» 1cor3 :6
TITO UMBA DI MALANDA

Le courriel du directeur Philippe Elongam’ea recadrant Tito Umba

Ayant été témoin des deux gestions, je me permets de répondre à votre email avec en ampliation en copie visible et copie cachée à l’élite de la nation congolaise, parce que les chiffres qui sont sous ma supervision depuis plusieurs années ont été «abusés» comme argument pour critiquer la gestion du Directeur Général actuel de la SCTP, j’ai cité Kimbembe Mazunga.
Pour rappel, le DG n’a pas écrit cet email dont vous parlez; il a relayé le commentaire d’une personne qui lui avait adressé ledit email. Noblesse oblige, il s’est gardé de vous réserver une réponse.
Cher collègue Directeur de Département,
Le débat sur les résultats des deux gestions trouve sa substance dans les rapports financiers de la société et tout ce qui va être présenté ici est étayé par des documents certifiés:
Exercice 2014 sous votre gestion:
Résultat négatif de  – 60.086.391.148 FC  -moins soixante milliards quatre-vingt-six millions trois cent nonante et un mille cent quarante-huit francs congolais-, soit près de 60.000.000 USD dollars américains.
Exercice 2014-15 sous votre gestion:
Fin de l’exercice avec retards majeurs de paiements de salaire équivalent à 4 mois d’arriérés sur la ligne et 3 mois d’arriérés sur Kinshasa.
Avec comme conséquence immédiate: révocation de l’équipe dirigeante, dont vous étiez le Directeur Général adjoint a.i. par le Gouvernement.
Les rapports de votre megestion adressés aux différentes instances du pays par l’ancien PCA sont tellement frais dans nos mémoires pour être rappelé ici.
Monsieur Kimbembe Mazunga a été nommé Directeur général de la SCTP le 26 mars 2015 et est en fonction depuis le 02 avril 2015 -date de la remise et reprise.
Exercice 2015 sous la gestion du DG Kimbembe
Résultat négatif de – 42 .675.722.688, 85 de FC  -moins quarante-deux milliards six cent septante cinq millions sept cent vingt-deux mille six cent quatre-vingt-huit francs congolais.
Le Dg Kimbembe a donc pu réduire le déficit laissé par votre gestion, de près de 30%! en quelques 9 mois de gestion! en dépit de la crise macro-économique ayant entrainé une baisse du Chiffre d’Affaires de 5% par rapport à 2014.
Fin Exercice 2015 sous la gestion du DG Kimbembe: Aucun arriéré de salaires
Faut-il vous rappeler que l’Assemblée générale a donné décharge aux administrateurs en 2015 sur la gestion de l’exercice, alors que la même assemblée avait formulé des réserves sur votre gestion en 2014?
S’agissant de 2016, il faut être de mauvaise foi pour ne pas comprendre la dégradation de la situation économique du pays. Les principaux indicateurs le confirment.
Pour clore ce chapitre, le jugement des Commissaires aux comptes qui suivent la gestion pour l’Etat actionnaire unique, a dit dans son Rapport du Collège des commissaires aux comptes de la SCTP SA – l’Assemblée générale sur les états financiers clos au 31 décembre 2015, page 3 point 6: «L’analyse de la situation financière de la SCTP a fait ressortir une légère amélioration par rapport à 2014!»

Pour d’autres petites invectives sur différents autres points, voici ce qu’il y a lieu de retenir:
Des engagements avec les banques
Ceux-ci ont fait l’objet d’une analyse fouillée lors de l’examen des états financiers 2015 par des personnes mieux qualifiées que vous! Et il a été démontré que lesdits engagements -bien que les chiffres diffèrent de ceux des affabulateurs- ont été contractés dans l’intérêt de l’entreprise. Permettez-moi que je puisse vous rappeler, qu’en tant qu’ADF de l’époque, le non-paiement des salaires du mois de mars 2015 -pendant votre gestion- qui a conduit à notre démission par le gouvernement, n’était pas dû comme vous l’affirmez dans votre email, à un quelconque problème de compte bancaire, mais plutôt à un manque réel de ressources financières. C’est cela la vérité!
Du reste, pour rappel, dans la soirée de la nomination de la nouvelle équipe le 26 mars 2015, j’ai eu à vous accompagner auprès du Directeur Général de la Sofibanque pour négocier des fonds qui ne nous avaient malheureusement pas été accordés, dont le montant était plus qu’important!
Une banque ne prête qu’à une gestion crédible, et les banques de premier ordre font confiance aujourd’hui à la SCTP dirigée par Monsieur le Directeur Général Kimbembe Mazunga.
Train Express
La honte faisant, sous votre gestion, les voitures ferroviaires étaient abandonnées à Matadi et dans les ateliers wagonnages dans un état désastreux.
Il a plu à la Haute Hiérarchie de donner instruction au DG Kimbembe, le 8 juin 2015, pour remettre sur rails, en 20 jours, un train oublié depuis près de 10 ans et lancer le premier voyage Kinshasa-Matadi, à  l’occasion du 30 juin 2015.
Après avoir mis les équipes «ensemble» et managé avec dextérité, voici les résultats

-Fiabilisation de la voie, en 20 jours par les mêmes techniciens qui étaient sous votre responsabilité
-Remise en état des voitures dont seul le contour métallique a été récupéré et tout le reste a été complétement rénové en 20 jours. Pas seulement la peinture comme votre ironie, semblait l’insinuer! Par ailleurs, nous avons tous souvenir de vous avoir vu assis confortablement en classe de Luxe de ce train, le 29 juin 2015.
Pendant près de 10 ans, ce train n’avait plus circulé et, ce, pendant votre mandat y compris. Le DG Kimbembe, avec les moyens de bord, a exécuté ce programme impératif du Chef de l’Etat pour permettre qu’aujourd’hui plus de 20.000 voyageurs aient utilisé le Train Express -Congolais, Belges, Américains, Canadiens, Indiens, etc.
Pour votre information, le Gouvernement de la République, pour qui la relance du trafic ferroviaire constituait un motif de satisfaction -cf. lettre du Premier ministre du 8 juillet 2015 à l’intention des ministres des Finances, Portefeuille, et Transports-, a pris le relais en accordant plus de 10 millions de dollars de la RLT pour permettre à la SCTP de continuer ce qu’elle venait de commencer pour assainir la section ferroviaire entre Kinshasa et Matadi. Moyens  que la Direction Générale a mis complètement à disposition du Département des chemins des fers. Et s’en est suivi les moyens pour l’achat des nouveaux matériels et équipements pour le Port de Matadi.
Votre question dans votre email disait Train express pour quels résultats?
La réponse est simple, la rentabilité visée est d’abord économique et sociale et non financière pour l’heure.
Ces populations qui peuvent désormais rejoindre leurs familles, amis dans des conditions de voyage décentes, à coût raisonnable, ne sont pas négligeables pour une entreprise dont l’Etat est actionnaire majoritaire.
Train Marchandise
De source des machinistes, sous votre gestion, le train marchandise qui roulait à 20 km/h, et reliait Matadi à Kinshasa en 36 heures, est inscrit, depuis l’arrivée de Kimbembe, dans la rubrique «record» dans les mémoires de la SCTP, en faisant pour le même trajet «16 heures» et 52 km/h, avec les mêmes machinistes…
Gestion des Ressources humaines
Un chef est celui qui sait mettre ses collaborateurs ensemble autour d’une vision commune ; ce qui était loin d’être votre cas avec tous les clans que vous avez entretenus et fait perdurer. Pour illustrer la taille de vos conflits internes dans l’entreprise, nous n’oublierons jamais «la dernière guerre des mots» entre vous et le PCA sortant devant le nouveau comité de gestion médusé. Il a fallu la sagesse de la PCA entrante pour vous ramener à l’essentiel du jour, la remise et reprise.
Le DG Kimbembe a réussi à remettre les collaborateurs ennemis d’hier, ensemble pour un objectif commun. Peut-on en dire autant de vous?
Pour ce qui est des bateaux Kokolo et Gungu.
Doit-on rentrer dans les détails de la rénovation d’un bateau qui aurait coûté près de 9 millions de dollars et qui n’a pas pu partir le jour prévu? Nous avons tous souvenir des interpellations du Conseiller spécial du Chef de l’Etat en matière de Bonne gouvernance et de Lutte contre la corruption, pour lequel, pour votre information, l’actuel DG a, lors de sa convocation dans lesdites instances, plaidé votre cause… Le comité de gestion actuel a dû refaire une partie des travaux pour que ce rêve de 20 ans d’attentisme devienne réalité… Le bateau Gungu a vu la méticulosité du DG parfaire sa mise en voie en bonne et due forme. Point n’est besoin de s’étendre ici sur ces détails.
La RLT est-elle l’œuvre d’une seule personne ou l’œuvre du gouvernement? Mais à quoi cela servait-il d’instituer une taxe, qui ne profitait qu’aux banques et pas directement à la SCTP? Créer une taxe, c’est bien, mais l’activer pour améliorer le quotidien des populations et moderniser les outils de l’entreprise, c’est mieux.
Je vous appelle donc à un peu plus de modestie, lorsque vous parlez d’un Directeur Général qui, en 13 mois seulement, a réalisé plus que plusieurs.
Plus de retenue avec les chiffres parce que les chiffres sont têtus.
Nous aimons travailler avec un Directeur Général qui a remis l’homme au centre de son action et les Directeurs de Département, dont vous faites partie, vous qui occupez désormais le même étage que lui -malgré que très peu souhaitait vous revoir autour de son espace- dans un bureau rénové, par sa volonté,… alors que vous n’aviez, à votre époque, réhabilité et équipé que votre seul bureau abandonnant tout le bâtiment administratif dans les conditions que vous connaissez, bâtiment administratif dont on a extrait des tonnes et des tonnes d’immondices dès le premier mois du mandat.
Dans votre intervention au Conseil d’Administration, vous considériez le personnel comme des tiers, alors que votre successeur le considère comme faisant partie intégrante de la société, d’où la différence d’approche de gestion.
L’anecdote de l’ascenseur qui vous était seul dédié fait rire aujourd’hui les employés de la SCTP qui prennent désormais le même ascenseur que leur
Directeur Général, en toute simplicité.
Votre email a pour mérite d’avoir fait comprendre à  tout le monde aujourd’hui que vous êtes celui qui est donc derrière les coups fourrés contre le Directeur Général Kimbembe…
Oeuvrons à saisir la relance de la SCTP sous son impulsion, en se disant que si vous étiez meilleur gestionnaire que lui, vous seriez Directeur Général de la SCTP, ou tout au plus Directeur Général Adjoint a.i.
Excellent weekend chez vous!
Philippe Elongam’ea
Directeur du Département Financier SCTP

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire