Fissure du Rassemblement ?

C’est fait. La journée d’hier, vendredi, 2 septembre 2016, était consacrée à la validation des listes des délégués aux assises du dialogue, dont l’ouverture est intervenue le 1er septembre dernier, à la Cité de l’Union Africaine.

Sous la facilitation du togolais Edem Kodjo, ancien Premier ministre, et la présence nombreuse des acteurs politiques et sociaux, des membres du Groupe de soutien et des diplomates accrédités en RDC, cette première séance a permis aux intervenants de reconnaître le caractère non inclusif du forum. La pause consacrée ce week-end devrait permettre de ramener dans le rang ceux qui, pour une raison ou une autre, continuent à boycotter ce rendez-vous.

Kamerhe Vital, co-modérateur de l’opposition, a pris le bâton de pèlerin pour persuader ses paires de l’opposition. Il ressort de dernières nouvelles sous la toile, que l’UDPS lui a fermé les portes. Etait-il seul ou s’était-il fait accompagner des évêques de l’église catholique ? Personne ne sait. Toujours est-il qu’il n’y a pas eu de contacts physiques. Est-ce la dernière tentative ? Certainement pas, le week-end est encore devant et pourra permettre, peu avant la réouverture des travaux, que les langues se délient.

Pour soutenir la même démarche, le président du Congo voisin, Denis Sassou N’guesso, a traversé le pool Malebo. A peine arrivé, il a eu un tête-à-tête avec son homologue congolais, Joseph Kabila. Rien n’a filtré de cette rencontre. L’on ose croire que l’objectif était d’obtenir que Kabila lâche aussi du leste, notamment dans la libération des prisonniers politiques. Puis, Sassou a reçu, à l’Hôtel Fleuve Congo, le président du Comité des sages du Rassemblement, Etienne Tshisekedi.

L’homme est pourtant resté constant. Il est d’accord pour sa participation au dialogue, mais sans Kodjo, comme facilitateur. En outre, Tshisekedi attend de Joseph Kabila qu’il réponde aux préalables. Question. Kodjo peut-il se déporter ? La réponse est négative. Ce dernier a laissé entendre qu’il jouissait du soutien de tous. Que dire des préalables ? Difficile aussi d’entrevoir la suite. Mais, si  le carré tracé par Tshisekedi reste indéboulonnable, certaines plateformes du Rassemblement se seraient rebiffées.

Il s’agit entre autres du G7, dont les cadres entendent faire valoir leurs revendications au dialogue. Cette action participe-t-elle à la stratégie mise en place par le Rassemblement ? Personne ne le sait. Seulement, le souci d’inclusivité doit primer. C’est le sens de la démarche initiée auprès du Rassemblement, de la Dynamique et des autres alliés à cette cause.

La communauté internationale mise aussi sur la crédibilité de ce forum, partant de ses résolutions, pour qu’elles soient impératives, exécutoires et opposables à tous. Ce faisant, dès lors qu’une partie du Rassemblement change casaque, il y a lieu de soutenir qu’il y a fissure dans cette méga plateforme qui risque, à la longue, d’être une coquille vide.

La Pros.  

3 Commentaires

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire

  • le probleme c est pas , le rassemblement ou qui que soit , le probleme c est kabila et tshisekedi, quand vous faite toute ces analises vous voulez faire croire au gents que tshisekedi est rester seul ?? tous les monde peuvent allez comme toujours , mais sans cet homme la , les congolais ne vont pas se sentir concerner, je crois vous avez suivi Mme kasavubu elle vous a dit ceque les peuples pense et pas vos analise la que vous fete chaque jours pour detorner les peuple ou soit vous contiuer comme toujour avec vos concertations soit vous vous pliez au dialogue reclamer par tshisekedi et son udps

  • Ce dialogue présage un schéma qui risque de conduire vers l’écartement du peuple à travers sa constitution. Cette messe de communion entre les rassasiés et les assoiffés du pouvoir ne devait pas être un forum aux conclusions exécutoires et opposables à tous. Nous voulons les élections et rien que les élections dans un bref délai qui ne fâche pas fortement la constitution. Tout le reste n’est qu’un détournement de notre attention.

    • Bonjour chers compatriotes rappelons nous au départ, nous avions signé les Accords de Sun City qui nous ont conduit a constituer notre loi »constitution  » depuis le colonialisme et maintenant quand nous cherchons a invalider la constitution cela montre une marche en arrière, d’abord privilégions les informations élections dans le délai, ou bien Kabila laisse la place a son successeur dans la paix, et il est conscient de la loi, nul ne peut contrecarrer la loi democratique