Les élections en RDC, pas avant deux ans!

DIRECT.CD — En visite en Ouganda au courant de la semaine, le président Jospeh  Kabila a affirmé que le calendrier électoral ne sera publié qu’après la révision du fichier électoral qui pourrait, d’après le président de la CENI, Corneille Nangaa, prendre plus de 18 mois. 

Le président Joseph Kabila s’est exprimé sur l’organisation des élections en République démocratique du Congo lors de sa visite en Ouganda durant la semaine qui s’achève.

Pour le président congolais, qui s’est exprimé en anglais, la RDC a « organisé les élections par deux fois, en 2006 et en 2011 », comme pour expliquer que son pays est bel est bien une démocratie, capable d’organiser les élections.

« Le président n’organise par les élections. Les élections sont organisées par une commission électorale indépendante. Et pour que ces élections soient organisées, il y un processus. Il y a d’abord des électeurs. Et pour avoir des électeurs, il faut avoir l’enrôlement », explique le président congolais lors d’une conférence de presse organisée durant sa visite.

« Actuellement, nous avons commencé le processus d’enrôlement (…) cela fait presque deux semaines maintenant. Et c’est ne qu’après qu’il y aura un calendrier des élections », conclut Joseph Kabila.

Même son de cloche du côté de la CENI  qui est sur la même longueur d’onde avec le président depuis le début du processus électoral.

Pour Jean Pierre Kalamba, rapporteur de la CENI qui s’est confié au site congolais CAS-INFO, en réaction aux propos du chef de l’État, la commission électorale était la première à avoir souligné « l’impossibilité » de la tenue du scrutin avant décembre. Il ajoute même que « le chef de l’État n’a fait que copier ce que la CENI répète tous les jours ».

« Les élections seront organisées conformément aux standards internationaux après les opérations de recensement et l’identification des électeurs qui ont déjà débuté dans la province du Nord Ubangi et connaissent un grand succès au terme des enrôlés déjà enregistrés », se félicite ce délégué de l’UDPS qui n’est, cependant plus, en accord avec son parti.

Pas d’élections avant au moins deux ans

Seize ou dix-sept mois. C’est l’estimation de la Commission Électorale rappelée par Corneille Nangaa aux antennes de Radio Okapi en février dernier.

«Le jour de scrutin que nous attendons tous est tributaire d’un chemin qui se décline à quelques étapes : révision du fichier électoral, répartition des sièges et convocation de l’électorat. Une fois terminée, c’est à ce moment que nous aurons la liste de candidats et nous passerons commande des bulletins de vote. Production des bulletins terminée, nous les déployons au niveau de 88 000 bureaux de vote. Et dès qu’on a déployé, on arrive au jour du scrutin. Il n’y a pas de raccourci pour ce chemin», avait déclaré Corneille Naanga

Une version corroborée par  Joseph Kabila  qui n’a pas fait de langue de bois lors de cette sortie peu habituelle. Jusqu’à reconnaître que les opérations d’enrôlement peuvent durer.

« Cela prendra du temps, mais dès que le registre des électeurs sera disponible, nous aurons une élection », a-t-il souligné.

Du côté de l’opposition, on voit un piège dans ces prévisions. On y craint que le président  Joseph Kabila en profite pour se maintenir au pouvoir.

En mai  dernier, la Cour constitutionnelle a tranché en faveur du chef de l’État en autorisant ce dernier de rester en poste en cas d’absence d’élections.

Entre temps, le dialogue que le président a convoqué en vu de trouver un consensus sur cette question peine à se mettre en place.

Avec CAS-INFO, Radio Okapi et Partenaires.