Les réactions se multiplient après les propos du chef de l’État qui a estimé jeudi à Kasindi en Ouganda que les élections ne se tiendront que lorsque le fichier électoral sera fin prêt.

Une coalition des 33 organisations non gouvernementales de défense et promotion des droits de l’Homme a rejeté ces propos ce samedi, rapporte le site Cas-info.ca. Elles se disent déçues par le chef de l’État. Pour le coordonnateur de cette structure, Georges Kapiamba, « le fait que le président de la république ait annoncé la publication du calendrier électoral pour 2017 vide la substance même du dialogue qui appelle à un consensus autour de l’élaboration du chronogramme des opérations électorales en établissant avec détails, des dates pour chaque opération »

«Le président de la république risque de prendre en otage le processus électoral», a-t-il jugé.

Depuis cette sortie, beaucoup dans l’opposition pensent que cette fois-ci, Joseph Kabila a levé le voile sur ses intentions de s’accrocher au pouvoir au-delà des termes de la constitution