DIRECT.CD — La Cour d’Appel de Lubumbashi vient de publier un communiqué sur la fuite des deux greffiers concernant le dossier Moïse Katumbi.

Dans ce communiqué parvenu à Direct.cd, la Cour révèle que les deux greffiers ont reçu la proposition « d’asile politique paisible» pour commettre ce vol qu’elle qualifie de “sans conséquence” dans cette affaire.

En outre, la cour renseigne que le deux officieux de justice sont passible de sanctions judiciaires.

Pour rappel, des sources proches du tribunal de paix Lubumbashi-Kamalondo indiquent que le greffier et la secrétaire de cette juridiction se sont enfuis depuis le lundi 1er août en emportant le dossier relatif au procès de Moïse Katumbi condamné à trois ans de prison dans une affaire de spoliation immobilière.

Ces sources indiquent, sans plus de précisions, qu’à part le dossier qui a été emporté, deux feuilles du registre du parquet ont été arrachées alors que le greffier et la secrétaire du tribunal de paix Lubumbashi-Kamalondo ne sont pas joignables au téléphone.

Les autres greffiers de la même juridiction ont été auditionnés mercredi 3 août au parquet général près la cour d’appel de Lubumbashi. Rien n’a filtré de cette audition.

La fuite du greffier et de la secrétaire du tribunal de paix de Lubumbashi intervient plus d’une semaine après la disparition de la juge Chantal Ramazani, présidente de ce tribunal, qui avait prononcé la condamnation de Moïse Katumbi à trois ans de prison.

L’ONG Institut de recherche en droits humains exige une enquête pour établir les responsabilités notamment au sujet de la disparition de la juge, du greffier et de la secrétaire du tribunal.

Ci-dessous le communiqué.


13931571_1144462792256959_1444116899_o

13898380_1144462752256963_998651515_o