L’UDPS se prépare à accueillir Tshisekedi à Kinshasa

A la 10è rue Limete, au siège du parti, toutes les batteries sont mises en marche pour que le retour au pays du leader charismatique soit une réussite.

C’est confirmé. Le président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) rentre à Kinshasa le 27 juillet prochain. C’est ce qu’annonce un communiqué de ce parti politique rendu public le lundi 11 juillet et signé par le secrétaire général Bruno Mavungu. Le « lider maximo » rentre au pays après près de deux années passées à l’étranger, précisément en Belgique où il était évacué pour des soins. C’est le 26 août 2014 qu’Etienne Tshisekedi avait quitté le pays, évacué en urgence dans un avion médicalisé suite à la dégradation de son état de santé. Ce qui a amené le gouvernement à lever en 2012 sa mise en résidence surveillée dans la foulée de son auto proclamation en tant que « président élu » et de toute l’agitation qui s’en est suivie.

C’est donc un Etienne Tshisekedi ragaillardi à la suite du Conclave de l‘opposition qu’il avait initié dans la capitale belge et auréolé de son nouveau statut du président du Conseil des sages du Rassemblement qu’il va fouler à nouveau le sol de la RDC. A l’UDPS et dans les états-majors des partis alliés, l’heure est aux préparatifs pour garantir plein succès au retour du Sphinx de Limete. La population congolaise en général et les Kinois en particulier sont appelés à se mobiliser massivement afin de lui réserver un accueil délirant. Au siège de l’UDPS à la 10è rue Limete, la tendance est de donner une dimension événementielle à ce grand retour. L’on promet d’y ériger un podium où quelques groupes musicaux de la place pourront s’exprimer en attendant le grand meeting du 31 juillet.

Il est fort probable, laisse-t-on entendre, que l’irréductible opposant soit accompagné de Moïse Katumbi, son nouvel allié, ce qui donnera à coup sûr un éclat particulier à l’événement. La rentrée du Lider Maximo au pays pourrait, de l’avis général, être un coup d’accélérateur au processus du dialogue politique en RDC dans la perspective de la résolution de la crise politique née des élections du 28 novembre 2011 et son corollaire qu’est la crise de légitimité.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire