Examen d’Etat 2016 : des cartes biométriques contre le « mercenariat »

L’inspecteur  général à l’Enseignement primaire, secondaire et initiation à la nouvelle citoyenneté (EPS-INC), Michel Djamba, l’a déclaré jeudi à Kinshasa,  au terme d’une tournée dans trois centres de passation des épreuves des provinces éducationnelles de la capitale.

La remise des cartes biométriques aux candidats finalistes des humanités participants à la session ordinaire de l’Examen d’Etat  édition 2015-2016 pour verrouiller la substitution et le mercenariat aux épreuves nationales organisées du 20 au 23 juin 2016 sur l’ensemble du territoire national et dans les centres de passation hors frontières, constitue la particularité de la 50ème édition des examens d’Etat.

L’inspecteur  général à l’Enseignement primaire, secondaire et initiation à la nouvelle citoyenneté (EPS-INC), Michel Djamba, l’a déclaré jeudi à Kinshasa, au terme d’une tournée dans trois centres de passation des épreuves des provinces éducationnelles de la capitale.

Selon Michel Djamba, qui était accompagné de la ministre provinciale de l’Education pour la ville de Kinshasa, Thérèse Olenga Kalonda, l’acquisition de nouvelles machines pour améliorer le traitement des copies et la publication des résultats constitue également une innovation pour l’édition 2015-2016, en plus de la carte biométrique délivrée à chaque candidat finaliste par le Service national d’identification des élèves (SERNIE).

L’inspecteur général à l’EPS-INC a indiqué que les 624.000 participants à l’Examen d’Etat 2015-2016 ont passé les épreuves dans le calme et la sérénité dans tous les 1.793 centres de passation, soulignant que par rapport à l’édition précédente, le taux de participation a augmenté de 5%, tandis que le nombre des centres s’est accru de 3,8%. Dans l’ensemble, a-t-il noté, le taux de participation des filles à la 50ème  édition de l’Examen d’Etat est de 37%.

La ministre provinciale de l’Education pour la ville de Kinshasa, Thérèse Olenga, s’est félicitée de la manière dont les épreuves se sont déroulées dans les centres de passation de la ville de Kinshasa. Elle a néanmoins déploré le fait  que pour certains participants, les responsables scolaires de leurs écoles avaient bloqué les macarons donnant accès aux centres de passation des épreuves pour non paiement des frais scolaires.  Pour ce cas, elle a salué l’action de l’inspecteur général à l’EPS-INC dont l’intervention a décanté rapidement la situation permettant aux candidats de passer les épreuves dans la sérénité.

Le secrétaire général  à l’EPS-INC, Dieudonné Lufunisabo, l’inspecteur général au même ministère, Michel Djamba, et la ministre provinciale de l’Education, Thérèse Olenga, se sont rendus dans les centres de passation du collège Bonsomi de N’Djili   à Kinshasa-est, de l’Ecole Masamba de Lemba à Kinshasa-centre et à l’institut Bokolo de Bandalungwa à Kinshasa-ouest.

Thérèse Olenga a recommandé aux candidats finalistes des humanités qui viennent de participer à l‘Examen d’Etat « de ne pas se livrer à des extravagances et de rentrer calmement à la maison ».  A la session ordinaire de l’Examen d’Etat 2015-2016, la ville de Kinshasa a présenté 120.419 participants dont 49% des filles, rappelle-t-on.

ACP

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire