Réunis ce mercredi 22 juin à Lubumbashi, le Rassemblement de forces politiques et sociales acquises au changement a dénoncé l’acharnement du pouvoir contre l’ex-gouverneur de la province du Katanga avant la décentralisation dans un dossier judiciaire qui ne le concerne pas mais plutôt son grand-frère, Raphael Katebe Katoto.
L’opposant et candidat déclaré à la prochaine présidentielle est accusé d’avoir spolié et vendu la maison d’un sujet grec, Alexandros Stoupis.
Le coordonnateur de cette plateforme Gabriel Kyungu wa Kumwanza, accuse le pouvoir «d’avoir mis en place de tels petits plans pour essayer de noyer Katumbi».

«D’ailleurs, Monsieur Katumbi, lui-même, n’étant pas sur place. Il est aux soins à l’étranger avec l’autorisation du Parquet général de la République. Nous ne voyons pas pourquoi on est resté ici préparer de petits plans pour essayer de nuire à sa réputation et aussi à sa sécurité», a-t-il déploré qui a également demandé aux autorités politiques de se calmer car leur comportement vis-à-vis de Moïse Katumbi commence, selon lui, à gêner.

«Katebe Katoto est une personne à part et Monsieur Katumbi aussi est une personne à part. Monsieur Stoupis doit savoir quand on lui demande de se lancer dans une affaire, il doit être sûr de ce qu’on lui demande d’avancer», a dit Gabriel Kyungu wa Kumwanza qui juge inadmissible que la justice lance des poursuites contre l’ex-gouverneur alors que l’affaire de spoliation concerne son frère Katebe Katoto.

Jean-Hilaire Shotsha