Les Congolais dont la majorité de la population vit en dessous du seuil de la pauvreté ont, pour quelques heures, oublié leur vie misérable hier mercredi, pour célébrer par des scènes de liesse la qualification des Léopards locaux de la RDC pour la finale face au Sily National de Guinée, au terme d’un match à suspens et plein d’émotions comptant pour les demi-finales du 4ème Championnat d’Afrique des Nations de football (CHAN) qui se joue présentement au Rwanda.

L’émotion était en effet au rendez-vous hier. Car, il a fallu recourir à l’épreuve de tirs au but pour départager les deux équipes restées sur une égalité (1-1) au terme des prolongations.

Auteurs d’une brillante prestation au cours de cette rencontre, les poulains de l’entraineur Ibenge ont dominé dans l’ensemble ce match durant les 90 minutes du temps réglementaire, sans parvenir à trouver le chemin de filets.

Il a fallu attendre la première période des prolongations (15 minutes x 2) pour voir les coéquipiers de Joël Kimwaki ouvrir enfin le score sur une tête plongeante de l’attaquant de Jonathan Bolingi, sur un joli centre de Guy Lusadisu (monté sur le terrain quelques minutes avant en remplacement du joueur Bope).

Loin de baisser les bras, les Guinéens ont continué à faire pression sur la défense congolaise, et ont fini par trouver aussi la faille dans la défense congolaise, en égalisant sur une très belle combinaison dans le temps additionnel de la prolongation, refroidissant du coup les ardeurs des 60 millions de Congolais obligés d’attendre avec anxiété l’épreuve de tirs au but.

Heureusement, Dieu avait déjà choisi hier son camp. C’est qui a donné au portier des Léopards Matampi les ressources physiques et mentales de faire l’arrêt définitif sur le dernier tir au but des joueurs guinéens. Arrêt qui a qualifiait ainsi les Léopards pour la finale de cette compétition continentale.

Pour célébrer l’exploit, des millions de Congolais sont spontanément descendus hier dans les rues de la capitale, et même en provinces, chantant, dansant et oubliant ainsi pour quelques minutes leurs mauvaises conditions de vie.

Gare à la récupération politique du seul facteur qui unit les Congolais

Après cet exploit qui propulse les Léopards de la RDC en finale du CHAN pour la deuxième fois de leur histoire, les poulains de Florent Ibenge sont désormais à 90 minutes d’un second titre continental. Et pour gagner ce pari, ils ont besoin de toute leur sérénité, afin de mieux aborder le match déterminant de ce dimanche.

Mais, face à la récupération politique que les autorités congolaises font depuis hier de cet exploit sportif, il faut craindre que l’entraineur Ibenge et ses joueurs passent à côté de cette finale, comme ce fut le cas lorsque ce même entraineur avait réussi à conduire l’AS V. Club en finale de la Ligue des Champions de la CAF il y a deux ans. Finale que les Dauphins noirs avaient perdue face aux Algériens de l’Entente de Sétif.

Le football est à ce jour le seul facteur qui permet aux Congolais de toutes tendances politiques et religieuses de rester unis pour soutenir nos Léopards.

La récupération politique que le pouvoir en place fait de l’exploit réalisé hier par les poulains de Florent Ibenge suscite déjà des réactions négatives au sein de l’opinion nationale.

Il y a donc lieu de craindre que les Congolais ne gardent la même cohésion d’esprit pour la finale de ce dimanche en terre rwandaise.

L’exploit des Léopards locaux à la 4ème édition du CHAN n’est pas seulement l’affaire des joueurs ni du staff technique, encore moins du Chef de l‘Etat Joseph Kabila dont le second et dernier mandat à la tête du pays expire d’ailleurs en novembre prochain. Mais c’est bien les résultats des efforts conjugués de tous le Congolais.

La Majorité au pouvoir doit donc éviter toute récupération politique du bon parcours réalisé par nos Léopards à la compétition qui se déroule au Rwanda ‘si l’on veut que les poulains de l’entraineur Ibenge reviennent de Kigali ce dimanche avec le trophée. A bon entendeur…

Par DMK