CHAN – Comment Kinshasa est passée par toutes les émotions

On est passé par toutes les émotions pour atteindre la finale. Mais c’est fait. Les Léopards locaux de la RDC vont disputer la finale de la quatrième édition du Championnat d’Afrique des nations. Cela, au terme d’une victoire ou d’une qualification laborieuse. Il a fallu attendre la loterie des tirs au but pour que les joueurs du sélectionneur Florent Ibenge puissent composter, 3 février, au stade Amahoro de Kigali, le ticket de l’ultime étape de la compétition. À la fin du temps réglementaire, le score a été de zéro but partout. Et au terme de la prolongation, c’était un but partout après un scénario plutôt rocambolesque.

Pour ce match, Florent Ibenge reconduit son schéma tactique de 4-3-3 avec un seul changement parmi le onze victorieux du Rwanda en quart de finale. Blessé, Luvumbu se voit donc remplacer par Christian Emmanuel Ngudikama, alias Kila, son coéquipier dans V.Club. Ainsi, Matampi garde les buts, avec devant lui Lomalisa, Kimwaki, Bompunga et Bangala comme ligne défensive. Nelson Munganga, Merveille Bope et Doxa Gikanji  forme le trio du milieu de terrain, alors que Meschak Elia, Jonathan Bolingi et justement Christian Emmanuel Ngudikama constituent l’attaque des Léopards locaux. Après un début poussif de la partie, les Léopards rentrent finalement dans le match aux alentours de la 10e minute de jeu, s’installant pratiquement dans le camp des Guinéens qui abandonnent le cuir aux Congolais. Doxa Gikanji se signale à la 13e minute par une frappe, mais pas cadrée. Deux minutes plus tard, c’est une balle arrêtée de Meschak Elia qui passe au dessus de la cage gardée par le gardien de but Abdoul Aziz Keita de la Guinée, héros de son équipe en quart de finale face à la Zambie pour avoir inscrit le dernier tir au but. À la 25e minute, Gikanji, encore lui, ne cadre pas sa frappe. À la 27e minute, le milieu défensif Merveille Bope s’illustre aussi par une frappe, mais sans danger pour Keita. Mais les Guinéens qui se concentrent dans leur camp, se projettent vite en avant lors de contre-attaques. À la 36e minute, Diawara met la balle au dessus de la cage de Matampi Vumi Ley.  Les Congolais répondent favorablement au défi physique des joueurs guinéens.

[fbvideo link= »https://www.facebook.com/sports.cd/videos/1047541418642143/?pnref=story » width= »500″ height= »400″ onlyvideo= »1″]

En deuxième période, le jeu est un haché, certainement dû à la fatigue et à la tension du match. Bompunga et Matampi écope des cartons jaunes. Meschak Elia est incisif sur le plan gauche en mettant en mal le défenseur Sorry Bangoura, mais pas décisif. À la 66e minute, l’attaquant Ricky Tulenge prend la place de Ngudikama et à la 66e minute, c’est Guy Lusadisu qui remplace Merveille Bope. Un coaching qui paraît iconoclaste, mais qui s’avère très payant par la suite. Malgré la domination RD-congolaise, il n’y a pas de but à la fin du temps réglementaire. Les Léopards repartent à l’abordage dans la prolongation. Et à la 111e minute, Guy Lusadisu se retrouve sur le côté droit, et fait un centre que croise d’une tête plongeant Jonathan Bolingi. Le gardien Abdul Aziz Keita est battu. Alors qu’on s’achemine vers une qualification tranquille, c’est un coup de tonnerre à la 121e minute lorsque Sory Sankhon hérite d’une balle à l’entrée de la surface de réparation et ajuste Matampi Vumi Ley. Le tableau d’affichage du stade Amahoro de Kigali affiche un but partout ! Les Léopards semblent accuser le coup mentalement.

Les tirs au but…

Les deux sélectionneurs, Florent Ibenge de la RDC et Mohamed Kanfory Bangoura de la Guinée, s’emploient chacun à booster le mental de leurs poulains pour la séance des tirs au but. L’émotion est grande de part et d’autre, se mêlant à la fatigue. Mais la RDC se qualifie avec cinq tirs au but à quatre pour la Guinée. À la fin de la première série de tirs au but, les deux équipes sont à égalité de trois tirs réussis  contre deux manqués. C’est à la deuxième série que les Congolais l’emportent par deux tirs à un. Du côté congolais, Joël Kimwaki, Miché Mika, Jonathan Bolingi, Doxa Gikanji et Meschak Elia réussissent l’épreuve alors que Tulenge et Lomalisa ont loupé les tirs au but. Les Guinéens Sankhon, Aboubacar Camara, Bangoura et Camara ont réussi leurs tirs au but, tandis que leurs coéquipiers Sorry Bangoura, Thiam et Mohamed Youla ont raté les leurs.

La finale, comme le dit, ne se joue pas, mais se gagne. C’est sans doute, l’idée du sélectionneur Ibenge qui ramène la RDC en finale après le sacre de 2009 contre le Ghana à la première édition du Chan en Côte d’Ivoire. L’adversaire de la RDC à Kigali, ce sera soit le Mali soit la Côte d’Ivoire. Le rendez-vous est pris pour le 7 février au stade Amahoro de la capitale du pays aux mille collines.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire