Le glaçant témoignage d’une congolaise: « j’ai le SIDA »

Le témoignage glaçant d’une congolaise vivant en France sur les « milieux chauds congolais » à Pars où  on consomme beaucoup d’alcool, de drogue et de sexe.

Ceci est témoignage vrai que je vis et que j’ai décidé de partager avec vous.

Cette histoire est la mienne, je vous la raconter parce que je vous aime!

Je suis une jeune congolaise d’une vingtaine d’années, je vis en France là où je suis née. Depuis un certains temps je fréquente le milieu congolais et j’en suis devenu accro. J’ai rencontré des personnes qui m’ont entraîné dans des délires bizarres. Aujourd’hui, je ne manque pas un seul évènement mondain de la communauté congolaise qu’il soit à Paris, Bruxelles ou Londres.

Dans ces milieux chauds, on consomme beaucoup d’alcool, de drogue et de sexe. Coucher avec des mecs indifféremment de leur âge et même des vieux pour gagner un peu d’argent pour nous acheter des sapes et en donner aussi aux musiciens. Ceci pour être vus et cités dans les concerts et même dans les chansons. Dès que les musiciens arrivent de Kinshasa, nous passons nos journées avec eux dans les hôtels.

Je témoigne aujourd’hui parce que je n’ai plus rien à perdre, car le pire que vous autre vous pouvez encore craindre m’est arrivé: « J’ai le SIDA ! ». J’en parle surtout pour vous mettre en garde.

Non seulement j’ai le SIDA mais en plus je ne peux me passer du sexe. Je suis sortie avec un musicien connu dont je ne citerai pas le nom ici et c’est lui qui m’a contaminé. Il n’arrête pas de transmettre la maladie. Moi aussi qui n’en a pas demandé, je suis son chemin, par exaspération et par vengeance!!! Vous vous imaginez bien que comme lui, je n’entends pas y passer toute seule. Mes parents ne sont même pas au courant, encore moins mes copines. Puisque je ne me suis pas déconnectée, je continue encore à traîner avec la bande mes copines. Des dévergondés !

C’est ainsi que, je suis sortie en cachette avec les mecs des mes copines et des soeurettes à mes copines, bien entendu sans me protéger… Je leur demande pardon parce que je pense que cette chaîne a aussi été contaminée innocemment. Moi aussi, quand cela m’est arrivé, je ne le savais pas. Mes victimes sont toujours avec leurs gars. Aujourd’hui je continue à contaminer dans le milieu zaïrois parce qu’ils sont tous « crades ». Ils n’aiment pas mettre des capotes et ça leur apprendra. J’en suis une conséquence de ce non respect des règles élémentaire de prévention.

Dans ce cas, je n’ai plus pitié de personne, même pas de moi même. Puisque, même Dieu ne peut plus rien pour moi, sinon il m’aurait protéger.

Hier encore j’ai contaminé un gars qui voulait absolument me baiser et je n’ai pas eu pitié de lui.

Le milieu zaïrois de Paris : « Eza ya kobeba! ». Un seul conseil aux mecs calmes et sérieux, ne chercher pas une femme à marier dans ce milieu. Et à mes sœurs,  ne vous jetez plus dans les bras de ces supposés stars de la musique congolaise, car, je vous jure que le SIDA a déjà ravagé tout le milieu. C’est triste mais c’est comme ça. Quand je vais prendre mes traitements, je croise plein de filles du milieu qui viennent se ravitailler comme moi.

Si mon témoignage peut sauver une vie aujourd’hui,n c’est déjà une bonne chose!

Je m’arrête là car je suis fatigué.

Merci de m’avoir lu et de prendre conscience.

 

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire