Le secret de la cravate rouge de Matata Ponyo

Costume généralement noir, chemise inévitablement blanche et cravate rouge. Telle est la mise habituelle du chef du gouvernement de la RDC, Augustin Matata Ponyo. Pratique mystique ou simplement un choix vestimentaire? On vous dit tout. 

Toujours est-il que pour l’instant, il n’est question ici que de sa tenue. On le surnomme «la force qui s’interpose», «le technocrate», «l’homme de la macro-économie»… Pas d’hésitation, ni de doute sur sa personnalité dans ses responsabilités de Premier ministre et chef du gouvernement. Il semblerait même qu’il soit le seul à avoir pesé d’un véritable poids dans les jeux d’influence que jouent les membres du cabinet présidentiel et du bureau national de son parti.

A sa tenue, chacun trouve une interprétation: occultisme, sorcellerie, magie, habitude, coutume, exigence et style… Attention! Les couleurs ont une grande importance en magie, aussi bien dans les bougies à utiliser lors d’un rituel que dans le choix de la tenue rituelle ou d’autres accessoires et outils couramment utilisés, révèle le site «Mutien» dans sa publication du 1er mars 2013 titrée «Les abc de la sorcellerie.»

On ne le dira jamais assez, il est technocrate et pèse lourd dans le gouvernement bien qu’il n’ait pas totalement réussi à s’imposer dans son parti politique, le Pprd. Il est parvenu à se hisser avec une fermeté d’une indiscutable rigueur au sein de cette majorité, soutenu, semblerait-il, par certaines personnalités et puissances étrangères.

Costume noir, chemise blanche et cravate rouge

Matata-Ponyo-à-Paris-4Chemise blanche, toujours. Savez-vous que le noir et le blanc sont les extrémités de la gamme chromatique? Ils sont absolus, sans nuances ni variations, et symbolisent respectivement l’absence et la somme des couleurs. Le blanc symbolise l’un et le tout, c’est-à-dire l’unité qui précède la multiplicité, aussi bien que la multiplicité prise dans son entier qui manifeste alors son unité symbolique. Le blanc se situe donc à la fois au début et à la fin du jour, ce qui lui donne une valeur idéale. Le blanc étant symbole de renaissance, il est donc aussi symbole de mort.

Toujours selon «Les abc de la sorcellerie», dans beaucoup de rites initiatiques, le blanc symbolise la phase qui précède la mort, c’est-à-dire l’instant où l’on ne fait déjà plus partie du monde profane, mais pas encore du monde sacré. Ainsi, il en est de la chemise blanche des condamnés ou de la robe blanche de la mariée. En fait, ce blanc symbolise l’aube, le moment suspendu juste avant l’apparition de Venus, et donc de la couleur rouge (le sang virginal, le sang du condamné…).

La relation entre le blanc et le rouge se retrouve chez les soufis, pour qui le blanc est la couleur de la sagesse originelle et la vocation du devenir de l’homme, alors que le rouge est la couleur de celui qui est mêlé aux obscurités du monde; celui qui est prisonnier de ses chaînes. Le site poursuit qu’en alchimie, l’oeuvre au blanc (ou «albedo») annonce qu’après l’oeuvre au noir (ou «nigredo»), la «materia prima» se trouve sur la voie de la pierre philosophale.

Pour ce qui est du costume noir, l’«abc de la sorcellerie» renseigne que de façon générale, le noir symbolise la «materia prima», l’indifférenciation et le chaos originels, les eaux inférieures et la mort. C’est un puissant symbole d’obscurité et d’impureté, de chaos, de mal, de nuit, d’angoisse, de tristesse et d’inconscience.
Juste à croire le développement de cette alternative donne froid au dos. Mais pour l’instant, il n’en est qu’une série de doutes nourris qui conduisent à d’énormes spéculations partout en Rd Congo.

Matata ne s’en fait pas toute une montagne

gouvernement-matataDans cette grave confusion qui pourrait nuire à la personnalité du Premier ministre, nombreux sont les analystes qui pensaient qu’il était impérieux que l’opinion soit fixée. Pour ce faire, le Premier ministre s’était justifié, fin octobre 2012 au cours d’une interview qu’il avait accordé à la rédaction de «Télé 50», une chaîne de télévision émettant de Kinshasa. Ainsi, le journal «L’Observateur» en avait fait sa une du 30 octobre 2012. Il était simple et sans détails. «Il n’y a rien de mystérieux derrière ma cravate rouge», avait indiqué le chef du gouvernement.

Ayant l’air de n’avoir pas suffisamment apaisé les doutes des curieux, l’homme de la stabilité du cadre macroéconomique s’était justifié en donnant les différentes significations de ses couleurs préférées: noir, blanc et rouge. Dans son intervention, le Premier ministre avait insisté sur le fait que ces trois couleurs symbolisaient son serment devant la nation congolaise. Il finira ainsi par expliquer que la couleur rouge signifie le sacrifice, l’abnégation qu’il consent dans la gestion de la chose publique. Dans la même explication, Mapon soulignait que la couleur blanche est symbole de transparence dans la gestion des deniers publics dans un pays où la corruption occupe une place de choix. Cependant, l’homme de la bancarisation n’avait pas oublié de signifier que la couleur de sa veste noire est la Rd Congo d’autrefois, et qui désormais, au rythme de la transparence, est symbolisée par sa chemise blanche.

Après cette mise au point, il avait été question de dissiper tous les malentendus. Depuis lors, les polémiques ont beau se développer dans tous les sens, pas une seule fois le Premier ministre n’a tronqué son style dans les activités officielles.

Et si, un jour, il changeait ces couleurs dans son mode d’habillement… En mourrait-il ou serait-il déstabilisé? On n’en sait rien. Des rumeurs circulent, qui n’exigent pas toujours une prise de position, mais est-ce le cas pour lui?

Les vieux sages ont toujours dit: «L’habit ne fait pas le moine, mais le moine s’habille en moine.» N’est-ce pas vérifié?

Pacifique Muliri,
Lesouverainlibre.info

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire