mardi, novembre 21, 2017
17 °c
San Francisco

Présidentielle 2006: Bemba aurait “vendu” sa victoire à Kabila pour 50 millions de USD

Révélations. La radio Réveil FM affirme que l’ancien vice-président congolais et président national du MLC, Jean-Pierre Bemba Gombo, aurait remporté l’élection présidentielle de 2006, mais aurait “vendu” sa victoire au président Kabila pour 50 millions de dollars américains.

Devenu peintre-potier à la prison de la CPI à la Haye, l’emprisonnement de Jean-Pierre Bemba plait à plusieurs personnes. Arrêté en mai 2008 en Belgique en vertu d’un mandat de la CPI, il encourt cinq chefs d’inculpation pour crimes contre l’humanité et cinq autres pour crimes de guerre commis en Centrafrique en 2002 et 2003. Et son Mouvement de Libération du Congo (MLC), plus qu’une coquille vide, il est inexistant, réduit à un parti alimentaire du régime d’alias Joseph Kabila.

Les François Mwamba Tshiyimbi, Antoine Ghonda Mangalibi, Olivier Kamitatu Etsou, Adam Bombole…tous des traites à la nation dont la traîtrise est XXXL. Des mbembistes devenus des mammouths joséphistes, à la mangeoire! En 2006, Jean Pierre Bemba avait gagné haut la main, les élections Louis Michel 2006 malgré la proclamation alambiquée du défroqué abbé Malu Malu. Jean-Pierre Bemba s’est toujours comporté en business man mais pas vraiment en acteur politique conséquent.

Dans le gouvernement de 1+4=0 de l’après dialogue intercongolais de Sun-City, Jean-Pierre Bemba est le seul qui faisait peur à alias Joseph Kabila, pourquoi ? Contrairement aux autres seigneurs de guerre, Jean-Pierre Bemba est le seul qui détenait une milice 100% congolaise. Ses “fourmis” étaient craints. A Réveil FM International, nous savons que le temps peut être un handicap mais aussi un allier. Il faut laisser le temps au temps. Avec nos fins limiers, nous avons voulu comprendre cette phrase de Jean-Pierre Bemba: “J’ai accepté l’inacceptable”.

C’est la cupidité qui a perdu Jean-Pierre Bemba. En tant que vice-président de la République, chargé de l’Economie et Finances, Jean-Pierre Bemba comme les trois autres vice-présidents et le président de transition percevait 100 mille $ par mois de 2002 à 2006. Jean-Pierre Bemba était au courant de sa victoire à l’élection présidentielle Louis Michel 2006.

Les ambassadeurs du Comité international d’accompagnement de la transition (CIAT) vont le convaincre d’avoir perdu l’élection présidentielle. Créé en application de l’annexe IV de l’accord global et inclusif de Prétoria de 2002, le CIAT était composé des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie), de l’Afrique du Sud, de l’Angola, de la Belgique, du Canada, du Gabon, de la Zambie, de l’Union africaine, de l’Union européenne et de la Mission de l’ONU en RDC (MONUC).

En échange Jean-Pierre Bemba a perçu 50 millions de $ versés sur ses comptes du Portugal, Brésil et d’Afrique du Sud. C’est Jean -Pierre Bemba lui -même qui avait fournit les trois numéros de compte. Un hélicoptère 7 places lui a été promis. Autres promesses alléchantes: qu’il serait le chef de l’opposition républicaine et percevrait un salaire de ministre. Il serait intouchable au régime d’alias Joseph Kabila et siégerait au Sénat. Une source nous rassure que Jean-Pierre Bemba n’a jamais su que le ” new deal” allait se bruiter. C’est lorsque ses “Fourmis” ont été mis au parfum et qu’ils ont interpellé “Igwe” pour se défiler, faire un volte-face, Jean-Pierre Bemba s’est exclamé: “J’ai accepté l’inacceptable”.

Dans le monde affairo-politico mafieux: 1+2=5 ! Une mafia bien ouillée. Des politicards-politicailleurs tombent si facilement dans le piège. C’est la cupidité qui a perdu Jean-Pierre Bemba. Vendre sa victoire électorale pour 50 millions de $, une modique somme, il fallait le faire.