Rebondissement: l’Eglise Catholique se retire de la conférence de Dakar

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a rendu public dimanche une mise au point au sujet de sa participation à la conférence organisée à Dakar du 11 au 14 décembre, que le gouvernement de RDC a accusée de vouloir « déstabiliser » le pays. Elle affirme ne pas avoir été au courant de l’absence de représentants du pouvoir parmi les participants.

« La conférence épiscopale du Congo (Cenco) a été invitée par la fondation allemande Konrad Adenauer », explique un communiqué de la Cenco publié dimanche 13 décembre. « Au regard du programme et des objectifs nobles de cette conférence, la Cenco a désigné monsieur l’Abbé Léonard Santedi, secrétaire général, pour la représenter », ajoute-t-il, précisant que l’invitation ne comportait pas les noms des autres invités.

« C’est quand le délégué de la Cenco est arrivé à Dakar qu’on s’est rendu compte que, en plus des représentants de la société civile, il n’y avait, comme acteurs politiques, que des opposants », explique encore l’abbé Donation Nshole, secrétaire général adjoint. « L’Église ne prend pas parti contre un camp (…) [et] a demandé à  son délégué de cesser toute participation à cette réunion et de regagner Kinshasa », conclut le communiqué.

Le gouvernement de la RDC avait accusé dimanche les autorités sénégalaises d’accueillir une réunion d’une quarantaine d’opposants et d’acteurs de la société civile, destinée selon lui à « déstabiliser les institutions » du pays.

Voici le texte de la mise au point de la Cenco

La Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) a été invitée par la Fondation Allemande Konrad Adenauer à prendre part à la Conférence internationale,  sur « les processus électoraux en Afrique Sub-saharienne » à l’Ile de Gorée, Dakar, du 11 au 14 décembre 2015. Au regard du programme et des objectifs nobles de cette Conférence Internationale  la CENCO, en l’absence du Président de la Commission Justice et paix empêché, a désigné, Monsieur l’Abbé Léonard SANTEDI, Secrétaire général, pour la représenter à ces assises.

Dans l’invitation envoyée à la CENCO, il n’y avait pas les noms des autres invités. C’est quand le délégué de la CENCO est déjà sur place à Dakar qu’on s’est rendu compte que, en plus des représentants de la société civile, comme acteurs politiques, il n’y avait que des opposants.

Pour lever toute ambiguïté quant à la position classique de l’Eglise catholique; « Eglise au milieu du village », Eglise qui ne prend pas parti pour un camp contre un autre mais qui est une communauté de foi au service de la vérité pour la sauvegarde de l’intérêt commun, et la défense des valeurs qui élèvent la nation,  la CENCO a demandé à son délégué de cesser toute participation à cette réunion depuis ce dimanche 13 décembre 2015  et de regagner Kinshasa.

La CENCO ne s’en prend pas  aux personnes, aux groupes de personnes, ni à un camp ou à un parti, elle entend simplement réaffirmer sa neutralité quant aux partis politiques  et sa détermination à être au service de l’annonce de l’Evangile du salut pour tout homme. C’est cet Evangile qui nous convainc que nous avons une lourde responsabilité dans la réussite du processus électoral gage d’un avenir meilleur pour la RD Congo.

Que Dieu protège notre pays.

Fait à Kinshasa, le 13 décembre 2015,

Abbé Donatien NSHOLE
1er Secrétaire Général Adjoint de la CENCO

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire