Un papa a pris l’habitude de coucher sa fille, prétendant que cela apportait de la bénédiction si une fille commence sa vie sexuelle avec son père. 

C’est le site Digitalcongo.net qui fait part de cette incroyable histoire survenue à Kinshasa.

En effet, un papa a pris l’habitude de coucher sa fille, prétendant que cela apportait de la bénédiction si une fille commence sa vie sexuelle avec son père. Devenue grosse, la fille en informe sa maman qui convoque une réunion de famille au cours de laquelle elle devrait exposer cette affaire. Le papa qui finit par comprendre le but de la réunion s’énerve et tente de la faire échouer…

Quand madame Lily réalise que sa fille Dina est enceinte, elle n’en croit pas ses yeux ; elle repousse même les résultats établis par la formation médicale à laquelle elle avait présenté sa fille pour des soins. Mme Lily soupçonnait plutôt une crise de malaria, sans jamais redouter un tel forfait dans le chef de Dina donnée pour modèle dans son entourage.

Hélas! La vérité est là, et maman Lily craint à mort la réaction de M. Thadée, le papa de la fille, dont elle est divorcée depuis plus de 6 ans. Cet homme redoutable pour ses coups de colère assure parfaitement la scolarité de sa fille, en dégageant régulièrement tous les frais y afférents. Mais deuxième coup de théâtre pour maman Lily : Dma, 14 ans a peine, avoue n’avoir jamais été avec un autre homme en dehors de son géniteur.

Imaginant la réaction de son ex-époux, la dame évite d’affronter, seule, le monstre ; elle réunit des parents et des amis de l’homme pour une rencontre que ce dernier accepte volontiers. Tout le monde est tenu à l’écart de l’objet de la rencontre ; jusqu’à ce que celui qui dirige les débats tousse :

– Juge : Nous sommes ici sur invitation de Mme Lily. Pouvez-vous alors nous dire l’objet de cette rencontre, madame ?

– Lily : Je vous ai fait venir tous ici pour que vous soyez témoins, mais surtout pour que vous puissiez bien gérer ce dossier. Ma fille Dina est enceinte, et j’ai beaucoup de peine a comprendre la situation.

– Thaddée : Et qui peut mieux comprendre que vous qui restez avec l’enfant ?

– Juge : Nous allons devoir observer une certaine discipline dans les interventions c’est moi qui accorde la parole. Madame, avez- vous la certitude que l’enfant est enceinte ?

– Lily : Je l’ai conduite à la polyclinique lorsqu’elle faisait la fièvre et vomissait régulièrement ; le résultat m’avait mise en état malade, moi aussi. Je n’en avais pas cru mes oreilles quand l’assistant me parlait.

– Juge : C’est pourquoi vous étés venue en parler en votre mari, tout en nous associant pour amortir une tension éventuelle entre vous deux. Papa Thaddée, quelle est votre réaction à ce sujet ?

– Thaddée : Vous ne savez pas combien je dépense pour cette fille-là, aujourd’hui elle tombe victime de la négligence de sa mère. Et cette femme est imbécile. Devrait-elle m’informer d’une telle situation au même moment que tout le monde ? La primeur de la nouvelle aurait dű m’être réservée, en tant que papa. Alors, je ne trouve plus de raison de continuer ; arrêtons là et, je vais prendre mes responsabilités.

– Juge : Au fait, vous avez réellement commis une erreur, mais pourquoi ?

– Lily : Ce n’est pas une erreur, c’était plutôt une prudence ; je ne vais rien vous apprendre sur son comportement. Quelle aurait été sa réaction si je me retrouvais seule face à lui avec ce dossier assez délicat ?

– Thaddée : Alors arrêtons, je vais m’en occuper seul.

– Juge : Si tel est la décision, on se sépare !

– Lily : Donc, vous connaissez bien la profondeur du dossier, papa Thaddée ?

– Thaddée : Quelle profondeur ? C’est vous qui allez m’en parler tout de suite après !

– Lily : Mais moi, je tiens à en parler devant témoins, pas entre nous deux seulement.

– Thaddée : Je ne vous ferai rien ; vous devez plutôt me mettre à ma place de papa de Dina.

– Lily : Si vous me rassurez que… vous connaissez… par exemple l’auteur de ce forfait, bien je suis prête à rester avec vous.

– Thaddée : L’enfant est loin de chez moi et vous voulez que je connaisse l’auteur de sa grossesse. C’est de la blague ça.

– Lily : Voilà pourquoi… hum… je tiens à en parler devant témoins pour qu’ensemble on recherche la vérité.

– Juge : Vous n’allez pas abuser de notre patience pour nous retenir à cette digression. Qu’est-ce que vous décidez finalement ?

– Papa de Lily : J’ai l’impression que le problème dépasse la force de Lily ; elle doit alors s’exprimer clairement pour nous permettre de l’aider.

– Juge : Madame, nous avons d’autres sollicitations ailleurs ; soyez plutôt expéditive.

– Lily : Je crois que papa Thaddée…

– Thaddée : Ne parle plus de moi à ce sujet…

– Juge : Laissez-là terminer sa pensée. Nous sommes à vous, madame.

– Lily : J’ai demandé à l’enfant l’auteur de ses ennuis actuels. Elle m’a dit… elle ma dit… elle m’a dit n’avoir jamais connu un autre homme que… que… que son père !

– Thaddée : C’est de la mascarade, un montage grossier pour me salir ; tu as certainement un intérêt caché derrière la tête. Et

– Juge : Arrêtez. Faites venir l’enfant. Dina entre au salon.

– Juge : Qui est l’auteur de votre grossesse ? Il faut dire la vérité, sinon les ancêtres s’occuperont de ton sort.

– Dina : Je ne connais que papa dans cette vie-là.

– Juge : Comment cela s’était-il passé ?

– Dina : Il m’avait prise en disant que pour avoir la chance d’épouser un homme riche, une fille doit commencer sa vie sexuelle avec son papa. Et puis chaque fois que je venais retirer les frais de scolarité, il multipliait les séances de bénédictions !

Silence glacial dans la salle. Et puis Lily va interrompre…[ :b]

– Lily : On a à faire a un sorcier de papa ; tu as fait beaucoup d’enfants ailleurs, pourquoi s’en prendre seulement a ma fille ?

– Juge : alors le dossier est à gérer effectivement au niveau de la famille.