Inondations à Kinshasa: le silence assourdissant de Kimbuta

Les pluies à répétition menacent les quartiers dans la capitale. Le tableau est dramatique : inondations, écroulements des maisons, éboulements de terrain, mort d’hommes, etc.

La panique a gagné les Kinois, sur tout ceux habitant la banlieue et le long des rivières, après les pluies à répétition qui s’abattent dans la capitale depuis quelque temps. Ces pluies entraînent une cohorte de malheurs inondations, écroulements des maisons, .éboulements de terrain, perte des biens des occupants des maisons, etc.

Comme si cela ne suffisait pas, les pluies ont endeuillé bien des familles dans plusieurs communes. Kisenso, une commune peu connue de la majorité des Kinois, a été endeuillée avec la mort d’une dame et de quatre enfants dans un même foyer. A la base, un pan d’un mur de la maison s’est écroulé sur les infortunés alors qu’ils dormaient profondément la nuit. La nouvelle macabre a fait le tour de la ville grâce à la magie de la télévision et a été diversement commentée.

Autre nouvelle qui a fait le tour de la ville l’absence des autorités urbaines et municipales sur les lieux des sinistres pour, d’une part, évaluer les dégâts et de l’autre consoler les familles éplorées Le contraire aurait étonné car habituées à l’exhibitionniste, au travers de la télévision, ces autorités auraient saisi cette opportunité pour davantage se mettre en vedette. L’absence des autorités sur les lieux des sinistres a été interprétée par certains habitants de la capitale comme une preuve de peu d’intérêt manifesté à l’endroit de la population confrontée, on le sait, à des problèmes de tous ordres, .dont ceux de survie.

Le silence du gouvernement provincial

La plupart des bourgmestres et leurs adjoints ne sont pas connus de leurs administrés car ils n’effectuent pas des tournées dans leurs juridictions respectives, dans le cadre de l’itinérance recommandée dans la territoriale, pour se rendre compte des conditions dans lesquelles ils vivent et les problèmes auxquels ils sont confrontés. Les bourgmestres, qualifiés de bois morts, n’ont jamais été inquiétés, encore moins reçus une lettre de rappel à l’ordre. On a toujours parlé de l’administration de développement en République démocratique du Congo. Est-il simplement une intention ou une volonté avérée de voir l’administration congolaise être réellement celle de développement.

L’assemblée provinciale de Kinshasa donne l’air de se préoccuper d’autres choses que celles pour lesquelles elle existe. Les problèmes des Kinois, que les députés provinciaux claironnent sur tous les toits représentés, sont nombreux et variés. Ils nécessitent que les élus du peuple s’y penchent et trouvent une solution. Ce qui n’est pas le cas, ont avancé quelques habitants du quartier Ndanu, à Kingabwa, dans la commune de Limete, confrontés actuellement aux problèmes inondation. Certains ont déserté leurs maisons inondées pour ne pas trouver la mort.

Pareille situation ne devrait pas laisser indifférents les députés provinciaux qui devraient adresser une question orale avec débat à l’autorité compétente pour s’expliquer. Mais une telle démarche aboutirait-elle lorsque l’on sait depuis qu’ils sont-là les dépités provinciaux se réunissent conformément à la loi sans pour autant poser des actes suivis d’effets qui vont dans le sens de la recherche des solutions aux problèmes auxquels sont confrontés les habitants de la capitale.

Par Florent N’LUNDA N’SILU

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire