Brazzaville : Son époux l’envoie se faire soigner en France, et elle refuse de revenir

Le rêve Européen de certains Africains n’a pas d’âge, mourir sans voir Paris est un péché  pense-t-on un peu partout dans la zone francophone du Continent. Une mère de famille a abandonné époux et enfants profitant d’un voyage sanitaire en France.

Souffrant d’une maladie difficile à être soignée au Congo à cause non seulement du manque des médecins qualifiés, mais aussi des structures hospitalières adéquates, Marlene N avait pu avoir la chance d’aller se faire traiter dans un hôpital parisien. Pour ce faire son époux Raul.T s’est sacrifié pour sa santé.

Après plus de vingt ans de mariage et quatre enfants, Raoul T n’aurait jamais imaginé que sa femme serait toujours tentée par l’aventure européenne. Originaire de Kimbendi dans le département du Pool, Marlene N avait connu son époux à Brazzaville alors qu’elle était venue poursuivre ses études secondaires.

Une rencontre qui aboutira au mariage coutumier après la naissance de leur deuxième enfant dans le quartier de la Glacière à Bacongo. Atteinte d’une maladie difficile à être soignée au Congo, Raoul s’est battu pour son évacuation sanitaire en France où après sa guérison et sa convalescence, Marlene a fait savoir à ses enfants et son époux de sa décision de ne plus revenir au Congo et de s’installer chez les Blancs.

Pour justifier sa décision, elle accuse son époux d’infidélité, de manque d’attention et pointe aussi sa belle famille qui ne la porterait pas à cœur. Choqué par ce volt face de son épouse, Raoul a réalisé pourquoi elle était devenue si accroc des vidéos de la sapologie, du bar dancing la main bleue et de l’avenue Matsoua (des endroits des sapeurs).

Dans la famille de Raoul,on murmure que son épouse aurait rejoint son ex petit ami de la jeunesse installée depuis en France, mais des indiscrétions de la famille de Marlene affirme qu’elle se serait mis en couple avec un vieux Blanc rencontré dans son hôpital.

Stéphanie Mabonzo
Plus d’infos sur Lolakayacongo.com

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire