Lambert Mende sur le point de rejoindre le G7?

Selon le site internet JamboNewsChannel, le porte parole du gouvernement serait sur le point de  démissionner et rejoindre le groupe de dissidents de la Majorité Présidentielle

Exclusions, révocations, démissions, pressions. Après des mois de crise profonde, les deux camps qui se déchiraient au sein de la majorité ont décidé de faire bande à part, non sans fracas, et dans un climat tendu à l’approche de la présidentielle prévue en novembre 2016.

7 partis politiques qui ont claqué la porte de la Majorité Présidentielle ont été suivit, peu de temps après, par le désormais ex-Gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi.

La plate-forme politique des sept partis politiques « G7 » exclus de la Majorité présidentielle (MP) se positionne désormais dans l’opposition, et annonce qu’il présentera une candidature commune et unique à la prochaine élection présidentielle de 2016.

A en croire le site  JamboNewsChannel, le porte parole du gouvernement et ministre de médias Lambert Mende Omalanga serait sur le point de rejoindre ce mouvement.

« La rédaction de JamboNewsChannel vient de recevoir de source sûre et digne de confiance ,une information selon laquelle le ministre de l’information et porte parole du gouvernement est sur le point de rejoindre le G7 « , peut-on lire sur le site internet du média spécialisé sur la région des grands lacs.

Ministre de la Communication et des Médias, figure majeure de la Majorité Présidentielle, Lambert Mende est « le visage » du régime de Kabila.

Son aplomb pour contredire les informations dérangeantes est devenu légendaire à Kinshasa.  Ce tribun éruptif de 61 ans, originaire du Kasaï-Oriental, qui a un temps dirigé le ministère stratégique des Hydrocarbures, est porte-parole du gouvernement depuis 2008. « Ses fonctions lui donnent accès au président, assure un fin connaisseur de la vie politique congolaise. Mais il a moins de poids politique que d’autres ministres. »

Pour la presse internationale, il reste incontournable. C’est son bureau qui délivre les accréditations aux journalistes étrangers (facturées 250 dollars, soit 220 euros, pour un mois). En 2009, il avait coupé l’antenne de RFI, jugée trop critique. Les ondes de la radio française ont d’ailleurs de nouveau été brouillées en janvier.

Il serait donc logique de prendre cette information avec des grosses pincettes.

A suivre.

 

 

 

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire