Il est question d’une éventuelle réforme visant à permettre un troisième mandat au Président actuel. Ce mercredi, la cour suprême du Rwanda s’est déclarée compétente pour statuer sur la question du changement de l’article 101 de la constitution rwandaise.

Le parlement rwandais avait donné sa caution à une réforme constitutionnelle qui permettrait à Paul Kagamé de se représenter en 2017 pour un troisième mandat. En effet, ce dernier affirme avoir consulté son peuple avant d’entamer quelques démarches que ce soient. Selon lui, seule une dizaine d’électeurs était opposé à la modification de l’article qui limite à deux le nombre de mandat présidentiel (article 101 de la constitution du Rwanda).

Ce qui laisse entendre que la quasi-totalité des rwandais est favorable à un troisième mandat du Président de la république, donc à la réforme de l’article 101. Le Parti démocratique vert est la seule formation politique du Rwanda à s’opposer à une telle réforme et demande à la Cour suprême de bloquer toute modification. Washington, qui a été d’un soutien inconditionnel à Kigali pendant 20 ans a exprimé une fois de plus son opposition à un éventuel troisième mandat du président. Kagamé n’entend pas se laisser dicter une conduite. Il se conformera à la décision de la cour suprême rwandaise même si les opposants à la réforme la croient à la solde du pouvoir.