UDPS: Bagarre rangée entre pro et anti dialogue à Bruxelles

Au cours de ces échauffourées, Etienne Tshisekedi traité de  » collabo  » par les combattants opposés au Forum national en vue.

Des sources à Bruxelles ont fait état d’un pugilat, vendredi 28 août, entre des militants de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS). Les uns toujours fidèles à Etienne Tshisekedi, les autres opposés au lider Maximo pour avoir souscrit au Dialogue qui pourrait réunir des représentants du pouvoir, des délégués de l’opposition et de la Société civile.

Selon des sources concordantes, dans la capitale de l’Europe, les militants de l’UDPS ne regardent plus dans la même direction. L’unité s’est dramatiquement lézardée depuis que le parti et son mythique chef, Etienne Tshisekedi, ont levé l’option de prendre langue avec le président Joseph Kabila et de participer au Dialogue pour lequel le Raïs a entamé des consultations depuis le 1er juin dernier. Ceux des militants de l’UDPS opposés à ce forum traitent carrément Tshisekedi de  » collabo  » et donc de trahir leur combat. C’est ce qu’ils ont scandé lors de la manifestation qui a dégénéré en bagarre rangée.

A Kinshasa, des sources affirment que des contacts informels ont effectivement eu lieu en Italie, entre émissaires du Chef de l’Etat, Joseph Kabila, et ceux du président national de l’UDPS, Etienne Tshisekedi. Des compatriotes se réclamant des camps des deux personnalités politiques sont partis de la capitale rd congolaise pour échanger autour des modalités d’organisation du Dialogue national. Félix Tshisekedi, Secrétaire National aux Relations Extérieures, et partant membre de la haute direction de l’UDPS était bien du voyage.

Dans sa  » feuille de route  » du 14 février 2015, l’UDPS se déclarait partisane d’un Dialogue entre Congolais, sous la médiation de la communauté internationale. Le parti cher à Etienne Tshisekedi suggérait que ce forum puisse se dérouler sous un format réduit, avec d’un côté les délégués du président Joseph Kabila (Majorité) et de l’autre ceux du lider maximo (Opposition). Selon cette feuille de route, la durée de ce Dialogue devrait être la plus courte possible. Kinshasa serait la ville d’accueil. L’examen du contentieux électoral de 2011, l’audit externe du fichier électoral, l’élaboration d’un calendrier électoral consensuel, la neutralité de la CENI, l’enrôlement de nouveaux majeurs, le respect des délais constitutionnels pour l’organisation des élections présidentielle et législatives, la libération des prisonniers politiques et d’opinion et la réouverture des médias de l’opposition fermés, etc. sont là quelques points qu’elle propose à l’ordre du jour.

Mais cette position de l’UDPS a fissuré le navire. Depuis quelques temps, les anti Tshitshi se signalent par des critiques virulentes à l’endroit du charismatique président de l’UDPS et même de sa famille biologique.
Pour exprimer leur ras-le-bol, indiquent des sources, les Pro Tshisekedi et partisans du Dialogue ont alors décidé d’y mettre fin par les biceps en s’invitant à la manifestation anti Dialogue ou anti Tshisekedi – c’est selon – de vendredi dernier 28 août à Bruxelles.

Ceci montre à quel point l’UDPS est divisée sur la question du dialogue. Et connaissant la sociologie de l’opposition en Occident, il n’est pas exclu que d’autres groupes se soient joints à la manifestation. Des jours auparavant sur la Toile, les organisateurs de cette marche avaient lancé des appels à tous ceux qui sont opposés au Dialogue de se joindre à eux. Cette manif raisonne comme en écho aux divergences observées en RDC où deux blocs ont vu jour au sein de l’opposition. D’une part, l’UDPS et ses alliés qui sont favorables au Dialogue et de l’autre, l’UNC de Vital Kamerhe, le MLC de Jean-Pierre Bemba et leurs satellites qui sont contre un forum de ce genre. Pour ces derniers, un éventuel dialogue favoriserait le  » glissement « .

CRIME DE LESE- MAJESTE ?

Pour nombre d’observateurs, derrière ces affrontements fratricides, apparait aussi comme la face visible d’un iceberg qui s’appelle guerre larvée de succession. On explique que cette rébellion interne parait motivée par l’après-Tshitshi.

Ça fait, en effet, une année qu’Etienne Tshisekedi séjourne en Europe pour des raisons de santé. Même s’il revenait, ce qui est le souhait des Congolais, on doute fort que cette guerre de succession s’estompe. Les anti Tshisekedi ne demandent ni plus ni moins que le départ à la retraite ou la mise à l’écart du  » Vieux « . Il n’y a pas longtemps des délégués de l’UDPS à l’extérieur s’étaient prononcés clairement pour le renouvellement de la direction du parti.

Reste que les anti Dialogue, qu’ils soient de l’UDPS ou des autres partis de l’opposition, n’indiquent pas toujours comment, sans consultation préalable, résoudre des questions essentielles à l’organisation des élections apaisées.

Didier KEBONGO
Forum des As

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire