6 gardes du président Kabila tués près de Goma

Six soldats congolais ont été tués lundi matin dans l’est de la République démocratique du Congo, dans une zone du Nord-Kivu connue pour la présence de rebelles hutu rwandais, a-t-on appris de sources concordantes.

« Une jeep de militaires de la Garde républicaine est tombée dans une embuscade à Rugari », à une cinquantaine de kilomètres au nord de Goma, la capitale du Nord-Kivu, a expliqué à l’AFP Justin Mukanya, administrateur du territoire de Rutshuru, où a eu lieu l’attaque.

Les membres de la Garde présidentielle, unité chargée de la protection du président et des points stratégiques, circulaient en jeep lorsqu’ils ont essuyé des tirs d’armes lourdes sur une route à 40 km au nord de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

« Six militaires ont trouvé la mort dans cette embuscade à la roquette », a ajouté M. Mukanya, indiquant que l’identité des assaillants était inconnue mais que « des enquêtes » étaient en cours.

Un officier chargé des renseignements au siège de la région militaire à Goma a confirmé la mort de six soldats dans cette attaque, précisant qu’elle avait eu lieu « entre 09h00 et 10h00 » (07h00 et 08h00 GMT).

Le territoire de Rutshuru est une des zones d’action des rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), dont les dirigeants et les combattants les plus anciens sont présents au Congo depuis 1994.

Cette milice, dont plusieurs chefs sont recherchés par la justice internationale pour leur participation présumée au génocide des Tutsi de 1994 au Rwanda, est un des groupes armés qui par dizaines, continuent de déstabiliser l’Est congolais, en proie à la violence depuis plus de vingt ans.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire