Par émissaires interposés, Kabila et Tshisekedi planchent sur les contours du dialogue politique qui s’annonce loin de la mère-patrie, rapport le journal Kinois Le POTENTIEL.

La clé de l’énigme du dialogue national semble se trouver entre les mains du lider maximo de l’UDPS, Etienne Tshisekedi. Les pèlerins qui remplissent les vols en direction de l’Europe en cette période des vacances ne trompent que des naïfs. Toutes les dénégations ne visent qu’à rassurer les uns et les autres sur le sérieux des pourparlers de coulisses. En Europe, Kabilistes et Tshisekedistes discutent!

A l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), les démentis se multiplient à un rythme qui étonne. Ce parti qui est souvent à l’offensive, bat désormais en retraite face à son engagement pour la tenue d’un dialogue national. Le secrétaire général Bruno Mavungu interrogé sur le sujet affirme la main sur le cœur : «Il n’y a aucun pré-dialogue à Bruxelles ou en Italie avec le président Tshisekedi comme il se raconte. Il n‘en est rien ! Ce sont des rumeurs ».

Ce que l’on qualifie de rumeurs à l’UDPS ici à Kinshasa n’est pas compris de la même minière par nombre de combattants de cette formation politique. Une frange de l’Opposition est également convaincue que le leadership de l’UDPS se serait engagé dans un schéma dont il ne maîtrise ni les tenants, ni les aboutissants.

L’aéroport international de N’Djili a vu embarquer plusieurs personnalités sous e couvert de vacances à passer outre Atlantique. Des noms sont cités par des sources en Belgique et en France tout comme en Italie, la nouvelle nouvelle destination pour traiter d la problématique du dialogue national. D’abord, François Muamba, celui qui est en charge du Mécanisme national de suivi de l’accord d’Addis-Abeba. Un habitué de l’Europe où il était président de l’UDPS pendant plusieurs années, l’élu de Kabeya Kamuanga en 2006 est le trait d’union idéal entre Kabilistes et Tshisekedistes. Son activisme en Europe n’a pas échappé à la vigilance des limiers. Toutefois, contacté par Le Potentiel au téléphone, le président national d’ADR affirme qu’il est plutôt à Paris, en France, et que son retour au pays est prévu pour cette semaine. Mais, nos sources sont formelles : «François Muamba travaille la famille Tshisekedi’ au corps pour s‘assurer de “la participation positive du vieux au dialogue “qui se prépare au pays ». Selon toute vraisemblance, les tractations auraient débuté depuis longtemps.

Il y a quelques jours, l’Administrateur général de l’ANR qui suit pour le compte du chef de l’Etat des contacts avec l’opposition dans le cadre de l’organisation du dialogue projeté s’était envolé aussi pour Bruxelles. Une source officielle indique qu’il devait échanger avec ses homologues belge et français sur les risques de déflagration dans la région des Grands Lacs. Des sources contactées balaient d’un revers de la main cette version des faits qui ne cadrerait pas avec la réalité. Même si personne ne confirme les avoir vus échanger, tous sont unanimes, «des rencontres secrètes se sont tenues ».

D’autres noms sont avancés comme ceux de Me Mukendi wa Mulumba, Norbert Yamba-Yamba… qui seraient aussi partis de Kinshasa pour d’onvaincre le sphinx à quitter sa convalescence bruxelloise pour le dialogue national dont l’imminence de la convocation poindrait déjà à l’horizon. Dans la foulée, une préoccupation s’impose en rapport avec les noms en circulation. La plupart des personnalités citées ne seraient pas les bienvenus auprès de Tshisekedi pour diverses raisons. François Muamba, qui est un ancien de l’UDPS, avait quitte le navire après avoir pris place à bord du gouvernement Mungul Diaka. Me Mukendi n’était plus en odeur de sainteté à la I 0e rue Limete, suite à son adhésion à la fronde de Righini pilotée en son temps par l’ambassadeur Beltchika.

Toutefois, d’aucuns estiment que la politique étant dynamique, tout est possible et que des ponts peuvent être jetés sur des fossés qui ont séparé pendant longtemps des acteurs politiques; Les services de ces personnalités peuvent aider à rallier les plus radicaux des opposants à la cause du dialogue qu’Etienne Tshisekedi lui-même avait appelé de tous ses vœux, sous condition d’une facilitation internationale.

BRUXELLES OU ITALIE

Jusque-là, personne ne sait où se sont tenues les discussions entre les délégués du président de la République et ceux d’Etienne Tshisekedi. Pour certains, tout se passerait à Bruxelles où le leader de l’UDPS passe sa convalescence il y a de cela près d’un an. A la manette un avocat, Papis Tshipangila et le médecin personnel du président Tshisekedi, Jusque-là, rien de concret n’est Sorti de ces rencontres secrètes. Mais, il est quasi-certain que les jours à venir, un pan de voile sera levé et les choses pourraient avancer dans le sens voulu par le peuple congolais pour aborder l’échéance 2016 dans la sérénité la plus totale.

Que ce Soit Bruxelles ou en Italie, il s’est tenu des rencontres secrètes entre Kabilistes et Tshisekedistes autour de l’effectivité du dialogue national. Le format, le projet de l’ordre du jour, lé nombre de participants, la durée des travaux, etc. sont des sujets abordés tors de ces rencontres secrètes. En cette matière, les déclarations tapageuses dans les médias sont souvent loin des réalités telles que vécues en coulisses. Le faire ne ferait de mal à personne, pourvu que au finish, le dialogue serve les intérêts du peuple congolais.

Par LE POTENTIEL