Assassiné le 2 janvier 2014  par un tir de roquette, il est considéré comme l’un des héros de la guerre contre la rébellion du M23. Les Congolais ont donc suivi ce procès de près tout en étant sceptiques quant à sa capacité à faire la lumière sur ce qu’il s’est exactement passé. Une vingtaine de prévenus sont poursuivis, parmi lesquels huit civils, quatre officiers supérieurs des FARDC et deux anciens gardes du corps du colonel Mamadou Ndala.

Le lieutenant-colonel Birocho Nzanzu Kosi des FARDC, et un milicien des Forces démocratiques alliées – Armée nationale de libération de l’Ouganda (ADF-Nalu), ont été condamnés à mort à l’issue du procès.

Le ministère public avait fait valoir que c’était grâce aux uniformes des FARDC fournis aux rebelles de l’ADF, que ces derniers avaient pu tendre l’embuscade au colonel Mamadou Ndala, rappellait notamment la Radio Okapi.

Selon un milicien de l’ADF, Birocho aurait reçu 34.000 dollars en échange d’informations sur les déplacements de Mamadou Ndala.

La cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu a donc condamné Birocho Nzanzu et Jamili Mukulu à la peine capitale, mais comme celle-ci n’est pas applicable en RDC, en raison d’un moratoire depuis plus d’une décennie, ces peines vont se muer en réclusion à perpétuité.

De lourdes peines allant de 12 à 20 ans de réclusion ont été infligées à d’autres détenus. Au moins deux personnes ont été acquittées et d’autres condamnées par contumace.

L’avocat de Birocho, Me Augustin Tshisambo, a fait valoir que son client pouvait interjeter appel auprès de la Cour africaine des droits humains et des peuples à Addis Abeba, en Ethiopie.

Cependant, dans cette interview, Honoré Ngbanda, président de l’Apareco, présentait les résultats de “son enquête”, qui montrent que le Général Mamadou était depuis longtemps surveillé par une “femme tutsi”, qui passait comme sa énièmme femme. On découvrera aussi que le chef d’état major des FARDC, le Gen Didier Etumba a joué un grand rôle dans l’assassinat de Ndala, parce que c’est lui qui l’a confié une mission de se rendre à Bunia.

RIP Col Mamadou Ndala

Selon Honoré Ngbanda, Mamadou a été assassiné à cause d’un courrier confidentiel qui venait de Brazzaville, lequel a été découvert par ce commando de charme, qui par la suite a fait suivre l’info à ces chefs (entendre les 3 K: Kagame, Kabila, Kaguta). Ce courrier contiendrait un plan militaire secret pour libérer le Kivu, des assassins tutsis de l’Empire Hima-Tutsi. Malheuresement le message a été intercepté avant qu’il n’arrive au vrai déstinataire, Mamadou qui n’était pas chez lui, lorsque DHL a livré le courrier. Suivez d’autres détails d’enquête sur la vidéo, et faites attention « aux commandos de charmes »

Les révélations de Ngbanda en vidéo: