Brazzaville : Quand « Les Dépêches de Brazzaville » désinforme ses lecteurs* (+vidéo)

« Suite à la tentative d’occupation de l’Ambassade du Congo hier 22 juillet 2015, l’hebdomadaire les dépêches de Brazzaville, appartenant à Jean-Paul Pigasse et proche du pouvoir de Dénis Sassou Nguesso a publié sur son site internet un article intitulé : « France, Nouvelle agression à l’Ambassade de France »
Si seulement les dépêches de Brazzaville pouvait se rendre compte qu’il n’y a que la démocratie et les droits de l’homme qui sont agressés par l’ambassade d’une dictature… passant.

Cet article en plus d’être inexacte, avance des faits sans aucun fondement pour accoler à la contestation du pouvoir de Brazzaville le visage de la délinquance.
Par exemple, dans le chapeau de l’article, les dépêches de Brazzaville affirme que « les individus sont connus de la justice ». Comment le savent-ils ? ont-ils seulement eu accès au casier judiciaire des manifestants ? de quelle justice est-il question ? Française ? Congolaise ? Aucun des manifestants n’est connu des service d’une justice quelconque voilà ce qui est exacte.

Poursuivant, aucun manifestant ne « s’est targué » d’être de l’opposition car nous sommes tous de la société civile congolaise qui proteste vigoureusement contre le changement de la constitution au Congo. Le monde binaire des dépêches de Brazzaville semble ignorée ce concept de société civile hélas.

Pour ce qui est de la porte défoncée, elle est plus du fait de la technique d’évacuation déployée par les officiers de sécurité de l’ambassade que d’une action de dégradation venant des manifestants ; mais pour cela nous laissons la justice faire son travail et réclamons haut et fort notre droit à la présomption d’innocence.
Enfin, le journal les dépêches parle de détention des « assaillants » mais il n’en est rien, nous sommes dès 12h du 22 juillet sortie libre du commissariat rue de la Faisanderie.
Nous recommandons au journal les dépêches de brazzaville d’honorer le beau métier de journaliste en ne confondant pas brûlot à charge et article journalistique. Bref, nos coordonnées sont en bas de communiqué si jamais l’éthique journalistique qui impose d’écouter les deux parties avant de se faire une opinion sur un sujet a encore un sens pour ce journal.

Nous réclamons un droit de réponse à ce « récit des faits ».

Contact:
Andréa Ngombet, Coordonnateur du Mouvement #Sassoufit. »

*Source: Communiqué

Source: Starducongo.com


 

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire