Après que le Tchad ait été frappé par le nébuleux groupe islamique de Boko-Haram, la présence de ces terroristes combattants serait signalée à la frontière centrafricano-soudanaise-congolaise.

Selon des informations à notre disposition, le sujet sur la présence supposée des combattants de Boko-Haram est une lapalissade secret pour les populations de Bria et de ces environs. Toujours selon la même source, les humanitaires qui circulent dans ces secteurs en savent d’avantage. Cette source accuse aussi les autorités de la transition de faire la sourde d’oreilles sur ce dossier alors qu’elles sont informées jour et nuit.

Le non contrôle des flux d’entrée et de sortie par les autorités centrafricaines est un facteur majeur à l’origine de la possible ’implantation de la nébuleuse Boko-Haram sur le sol Centrafrique. La source indique aussi le mode d’opération de ces islamistes. Ils envahissent petit à petit un secteur comme des personnes ordinaires, ils mènent les études du terrain, ils recrutent des jeunes pour des formations et le lavage de cerveau moyennant quelque chose (moto et argent) avant de passer à l’action.

Puisque l’armée centrafricaine n’est pas encore déployée sur le terrain, la supposée présence de boko-haram doit vraiment inquiéter. D’ailleurs, certaines forces armées étrangères qui sont mieux équipées par rapport aux FACAS n’arrivent pas à faire face à ce groupe dit des terroristes, le sort de l’armée centrafricaine qui est mal équipée, politisée est à déplorer.