Les propos de l’ambassadeur de France à Kinshasa froissent Kabila

L’ambassadeur de France arrive prochainement au terme de son mandat après trois ans en poste à Kinshasa. Et à l’occasion de la réception de la fête nationale du 14 juillet, il en a profité pour faire l’éloge de la capacité des Congolais à surmonter les épreuves et la souffrance. Mais aussi pour se livrer à une critique de l’élite politique congolaise, et de la tentation de s’accrocher au pouvoir. Une petite phrase, à la fin de son discours, a particulièrement fait grincer des dents du côté du gouvernement.

Pour son dernier 14 juillet comme ambassadeur en RDC, Luc Hallade avait convié le Tout-Kinshasa dans les jardins de la résidence de France. Dans son discours, il a commencé par rendre hommage au peuple congolais. Mais c’est un autre sujet qui a attiré l’attention : l’évocation de la nécessaire alternance du personnel politique en RDC, que ce soit dans la majorité ou dans l’opposition.

« L’élite politique semble continuer à penser que la politique de ce grand pays se joue, se fait et se défait, dans un cercle et un périmètre restreints, comme si au sein du vaste Congo, la République de la Gombe devait décider du sort et du destin du peuple congolais tout entier. Il faut savoir quitter le pouvoir comme il faut savoir quitter ses fonctions, aussi intéressantes et prestigieuses soient-elles », a déclaré Luc Hallade.

Cette petite phrase peut être interprétée comme une allusion à un éventuel troisième mandat du président Joseph Kabila. Pour le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mendé, cela relève de toute façon d’une inadmissible ingérence :

« Ce qu’il a dit relève pour nous d’un certain dysfonctionnement de la diplomatie européenne dans notre pays. Nous sommes à plus de cinquante ans de l’Indépendance et il est temps que nos partenaires européens comprennent que l’histoire de l’Afrique doit être écrite par les Africains et non plus par les Européens. Je pense que cette époque est très révolue. C’est de la nostalgie et il faut savoir en guérir. »

Et Lambert Mendé ajoute qu’il s’agissait simplement d’une « bravade », du « coup d’éclat » d’un ambassadeur sur le départ.

1 Commentaire

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire

  • Lambio, Tu as raison. Lors de ton prochain exil tu iras en Afrique du Sud dans des villes construites par des populations de souche non-africaines. Ta famille ( ta femme burundaise) peut déjà deménager du logement social qu’elle occupe à Woluwe Saint Lambert. Ne viens plus en Europe pour consulter ton cardiologue. Ton suppléant n’enseigne plus en Europe et dit donc rapatrier sa famille au Congo, vivre dans la maison familiale de Kitambo , retrouver ainsi les cousins qui ne vont pas à l’école.



Notice: get_currentuserinfo est obsolète depuis la version 4.5.0 ! Utilisez wp_get_current_user() à la place. in /home/directc/public_html/wp-includes/functions.php on line 3831