Affaire « Chouchou Ilunga »: les accusées resteront en prison!

Eunice Ilunga, l’une des trois femmes accusées d’une agression sexuelle survenue le 3 juillet dernier sur une jeune femme d’Ottawa, demeurera emprisonnée. Son audience pour remise en liberté a été reportée au 21 juillet prochain.

Les avocats de la défense et la Couronne ne se sont pas entendus sur la divulgation de la preuve, aujourd’hui, au palais de justice d’Ottawa.

Eunice Llunga était présente à la cour. Elle fait face à des accusations d’agression sexuelle, d’agression armée, d’intimidation et d’avoir proféré des menaces.

Sa présumée complice de 32 ans demeure elle aussi derrière les barreaux. Le juge Herb Kreling a refusé de la libérer en se basant sur la nature et la gravité des accusations. Il soutient qu’elle représente un risque pour la communauté et qu’elle pourrait essayer de fuir le pays.

Cette accusée, dont le nom ne peut être divulgué en raison d’un interdit de publication, restera en prison jusqu’à sa prochaine comparution, le 22 juillet prochain.

Salle bondée

Par ailleurs, plus de 300 membres de la communauté congolaise se sont présentés au palais de justice pour suivre le procès d’Eunice Ilunga cet avant-midi. Ils étaient venus de Montréal, de Toronto, d’Ottawa et deGatineau.

Une vidéo reliée à cette affaire avait soulevé l’indignation de la communauté congolaise d’un peu partout au pays.

Certains d’entre eux étaient présents pour soutenir la victime et portaient un chandail avec un logo inspiré du mouvement « Je suis Charlie ». Au dos, on pouvait lire « Nous ne tolérons pas la violence ».

Le chandail porté par des membres de la communauté congolaise pour soutenir la victime d'une agression sexuelle, survenue à Ottawa, le 3 juillet dernier.Le chandail porté par des membres de la communauté congolaise pour soutenir la victime d’une agression sexuelle, survenue à Ottawa, le 3 juillet dernier.

Mais d’autres ont voulu tout simplement suivre le dossier en tant qu’observateurs.

Cette foule imposante a obligé les administrateurs du palais de justice à déménager l’audience de la cause dans une salle plus grande, mais les procédures n’ont pas repris en raison du report.

Troisième accusée

L’enquête pour remise en liberté de la troisième accusée, Sandrine Tomba-Kalema, a repris cet après-midi, mais a aussitôt été remis au 23 juillet.

Mme Tomba-Kalema est présentement détenue.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire